Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La déforestation de l'Amazonie brésilienne est tombée à son niveau le plus bas depuis 23 ans, révèle une étude gouvernementale. Ses auteurs attribuent cette évolution aux renforcement des mesures contre l'abattage clandestin.

La surface déboisée de juillet 2010 à juillet 2011 couvre 6238 km2, ce qui représente une baisse de 11% en un an, selon les données satellitaires de l'Institut national de recherches spatiales.

La zone déboisée représente quatre fois la superficie de la ville de Sao Paulo, la plus peuplée du Brésil. En 2004, lorsque les coupes claires des éleveurs et des cultivateurs de soja ont atteint un pic, cette surface était quatre fois plus importante.

L'Amazonie brésilienne avait perdu 7000 km2 de forêt entre août 2009 et juillet 2010, un chiffre qui était déjà le plus faible jamais enregistré. Le pic de la déforestation a été atteint pendant les années 2003-2004, où la destruction de forêts a atteint 27'700 km2 (soit presque les trois quarts de la Suisse).

Evolutions locales négatives

L'embellie générale masque toutefois des évolutions locales négatives. La déforestation a ainsi été multipliée par deux en un an dans l'Etat amazonien de Rondonia. Elle a en outre progressé de 20% dans celui du Mato Grosso.

Deux grands barrages hydroélectriques sont en construction dans l'Etat de Rondonia, ce qui stimule l'activité économique et attire une main d'oeuvre importante.

ATS