Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le programme d'innovation contre le franc fort de la Confédération a dépassé toutes les attentes: sur plus de 1000 demandes, seule la moitié a pu être examinée et 246 demandes ont reçu un soutien. Afin de maintenir l'élan, la Commission pour la technologie et l'innovation (CTI) souhaite une augmentation de 50% de son budget.

"Les mesures prises à l'automne 2011, assorties d'une enveloppe spéciale de 100 millions de francs, ont déclenché une vague d'innovation remarquable", a indiqué mardi devant la presse à Berne le président de la CTI, Walter Steinlin. Selon lui, il faut poursuivre l'effort pour soutenir encore plus activement l'innovation suisse.

Près de 520 demandes sur les 1064 enregistrées entre le 13 octobre et le 15 décembre ont dû être renvoyées à l'expéditeur sans même avoir été étudiées, faute de temps et d'argent pour les honorer. La CTI a recommandé aux requérants de renvoyer leur projet cette année, ce que 66 d'entre eux ont déjà fait. Mais le flux ne tarit pas: 230 nouvelles offres ont été déposées depuis janvier à la CTI.

Doubler le budget

Walter Steinlin se défend d'avoir accordé des coups de pouce à mauvais escient, les projets ayant été triés au fur et à mesure de leur arrivée. Mais il reconnaît ne pas s'être attendu à une telle quantité de demandes. En deux mois, plus de 1000 dossiers sont parvenus à la CTI, contre une moyenne de 700 par année.

"Reste un élan qu'il ne faut pas décourager", a-t-il lancé. Pour lui, la solution réside dans une augmentation du budget ordinaire de la CTI en 2012, soit passer de 100 à 150 millions de francs par année. "Il serait en outre judicieux de mener une discussion politique sur un doublement du budget pour les années suivantes", a-t-il indiqué à l'ats.

Le programme de la CTI est destiné à des entreprises exposées au taux de change et désireuses de réaliser rapidement des projets d'innovation et de les commercialiser. Les projets sont menés en étroite collaboration avec les hautes écoles et instituts de recherche. Ils couvrent des domaines aussi divers que la brique solaire, le moteur électrique, les médicaments ou la montre-téléphone.

ATS