Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministre français de l'Intérieur Manuel Valls a annoncé vendredi soir avoir dissous la Brigade anti-criminalité (BAC) de jour de la division de police nord de Marseille. Cette décision intervient juste après la mise en examen de plusieurs de ses policiers.

Douze fonctionnaires de police ont été inculpés vendredi pour vol et extorsion en bande organisée et détention, acquisition, transport, cession de stupéfiants. Les peines encourues peuvent atteindre vingt ans de réclusion.

Sept policiers ont été écroués dans divers établissements pénitentiaires de la région, et les cinq autres, également déférés vendredi devant deux juges d'instruction, ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer leurs fonctions.

Le directeur général de la police nationale a immédiatement suspendu les policiers mis en cause, précise le communiqué du ministre. "Les faits pour lesquels ils sont poursuivis sont d'une exceptionnelle gravité", commente Manuel Valls. Et de préciser que les différentes BAC de Marseille vont être réorganisées.

Le ministre avait déclaré vendredi qu'il serait "extrêmement sévère" avec "ceux qui salissent la police et la République". Le procureur de Marseille Jacques Dallest a parlé de "gangrène (...) qui a touché ce service", lors d'une conférence de presse dans la journée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS