Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président français va s'exprimer à la télévision dimanche soir pour annoncer une série de "mesures fortes", dont une hausse de la TVA de 1,6 point. C'est une manière pour Nicolas Sarkozy de tenter de reprendre la main à moins de trois mois d'un scrutin présidentiel où il est donné largement battu.

Selon des sources gouvernementales, le chef de l'Etat a également arbitré en faveur d'une légère augmentation de la Contribution sociale généralisée (CSG) sur les revenus du patrimoine et de placement. Une "mesure forte" sur le logement devrait aussi être annoncée.

L'objectif d'une hausse de la TVA est d'alléger le coût du travail en faisant financer par les consommateurs une partie de la protection sociale, actuellement à la charge des seuls employeurs et travailleurs. Le candidat PS à l'Elysée François Hollande a d'ores et déjà estimé qu'une hausse de la TVA était "un mauvais principe et un mauvais instrument".

Large avance pour Hollande

Autre réforme envisagée: la flexibilité du travail, grâce à des accords de compétitivité par entreprise ou par branche. Les sanctions devraient en outre être "durcies" pour les entreprises de plus de 250 salariés qui n'emploient pas suffisamment d'apprentis.

François Hollande conserve toujours une large avance sur le chef de l'Etat, à l'issue d'une semaine où il a largement dominé la scène médiatique, d'abord avec son premier meeting de campagne, dimanche dernier, puis la présentation de son programme.

"La seule manière de rebondir pour Nicolas Sarkozy, c'est de faire des choses lourdes, importantes et utiles en termes de réformes économico-sociales jusqu'à la dernière minute", a estimé Alain Minc, un proche du président.

M. Sarkozy, qui a fêté ses 57 ans samedi, s'exprimera de 20h10 à 21h15 sur six chaînes - TF1, France 2, BFM TV, I-Télé, LCI et La Chaîne parlementaire - devant quatre journalistes, Claire Chazal, Laurent Delahousse, François Lenglet et Jean-Marc Sylvestre.

ATS