Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil d'Etat a déjà mis sur pied un groupe de travail pour lutter contre le travail au noir (archives).

KEYSTONE/OLIVIER MAIRE

(sda-ats)

Le canton de Fribourg va durcir sa lutte contre le travail au noir. Les députés fribourgeois ont accepté vendredi une motion chargeant le Conseil d'Etat de prendre une série de mesures dans ce domaine.

Le texte déposé par Jean-Daniel Wicht (PLR) et l'ancien député Jacques Vial (PDC) a été accepté à l'unanimité par tous les bords politiques. Le fractionnement de la motion, demandé par le Conseil d'Etat - qui estimait que la plupart des propositions étaient déjà en voie d'être réalisées - a été balayé.

A l'instar de Daniel Bürdel (PDC), qui a repris la motion de son ancien collègue Jacques Vial, les députés ont relevé l'urgence d'agir devant un phénomène "qui a augmenté ces dernières années". "Le travail au noir représente un danger pour les employés, l'Etat, les collectivités et pour une saine concurrence", a ajouté Jean-Daniel Chardonnens (UDC).

Du côté de la gauche, Armand Jaquier (PS) a souligné que les conditions de travail des salariés sont étroitement liées au travail au noir, appelant notamment à limiter la sous-traitance. Bruno Marmier (Verts) a pour sa part proposé de renforcer les contrôles fiscaux.

Renforcer les sanctions

Les motionnaires proposent de doter le canton d'une équipe permanente de policiers pour soutenir les inspecteurs du travail et d'augmenter les sanctions des employeurs indélicats. Ils veulent également donner la possibilité aux inspecteurs du travail de pouvoir interdire temporairement l’accès à un chantier à toute entreprise qui emploie des travailleurs au noir.

Ils suggèrent par ailleurs de créer les bases légales pour sanctionner le maître d'ouvrage qui fermerait les yeux sur une activité illégale et d'améliorer l'information aux entreprises et au grand public. Le Conseil d'Etat devra maintenant formuler des propositions législatives concrètes.

Ce dernier rappelle avoir mis sur pied un groupe de travail, dont les suggestions couvrent déjà une bonne partie les demandes des motionnaires. "L'ampleur du phénomène a nourri l'intention des autorités de durcir le ton", a assuré le conseiller d'Etat Olivier Curty, listant un certain nombre de mesures déjà prises, ou en passe de l'être.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS