Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Chris Froome, double vainqueur du Tour de France (2013/2015), soutient son compatriote Mo Farah. Le double champion olympique en 2012 (5000-10000 m) veut publier ses tests sanguins.

Mo Farah est actuellement éclaboussé par les accusations de dopage aux États-Unis qui visent son entraîneur Alberto Salazar. Il souhaite que la publication de ses tests sanguins permette d'attester de sa probité.

"Je pense que pour les mêmes raisons, on a publié mes rapports de puissance pendant le Tour de France. C'est un pas vers plus de transparence, pour montrer que l'on n'a rien à cacher", a expliqué Froome au micro de BBC Radio Four.

Froome a toutefois précisé que les éventuelles réticences de certains sportifs à publier les résultats de leurs tests sanguins, valeurs très personnelles, ne devraient pas impliquer pour autant des suspicions de dopage.

En réaction aux accusations de dopage dans l'athlétisme venues de la télévision publique allemande ARD et du journal britannique Sunday Times, le cycliste a estimé que la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) "va devoir investir plus fortement dans la lutte anti-dopage". "Ce serait un pas dans la bonne direction", a-t-il ajouté.

Froome, dont les exploits en juillet sur les routes du Tour ont engendré la suspicion avec, pour conséquence, des réactions parfois virulentes du public à son encontre, a mis en avant le travail réalisé en ce sens par l'Union cycliste internationale (UCI).

ATS