Navigation

Genève: 86 candidats au second tour des exécutifs de 26 communes

Dans le canton de Genève, 86 candidats se présentent au second tour de l'élection des exécutifs de 26 communes qui aura lieu le 5 avril. Faute de concurrents, l'élection est tacite dans cinq d'entre elles. En Ville de Genève, les quatre candidats Verts et PS maintiennent leur alliance (archives). KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI sda-ats
Ce contenu a été publié le 17 mars 2020 - 18:26
(Keystone-ATS)

Dans le canton de Genève, 86 candidats - 58 hommes et 28 femmes - se présentent au second tour de l'élection des exécutifs de 26 communes qui aura lieu le 5 avril. Faute de concurrents, l'élection est finalement tacite dans cinq d'entre elles.

La chancellerie a annoncé lundi le maintien de ces élections le 5 avril, malgré la mise en place de mesures de lutte contre l'épidémie de coronavirus. La plupart des partis prennent acte de cette décision, relevant qu'il leur revient de faire campagne sur les médias sociaux. Craignant que la situation ne favorise les partis les plus riches, Ensemble à Gauche et le MCG demandent le report du second tour.

Après le dépôt des listes, dont l'échéance était fixée à mardi midi, les exécutifs d'Anières, de Choulex, Confignon, Dardagny et Plan-les-Ouates sont au complet. En lice dimanche, les autres candidats à la fonction d'adjoint au maire ou de conseiller administratif dans ces communes se sont retirés. Mais un second tour aura bien lieu dans les 21 autres communes.

Centre droit divisé

L'élection sera très disputée en Ville de Genève, où douze candidats, sur les seize qui se présentaient au premier tour, visent encore un poste. Le PS et les Verts reconduisent leur alliance avec leurs quatre candidats: les socialistes Sami Kanaan - seul conseiller administratif sortant à se présenter - et Christina Kitsos ainsi que les Verts Frédérique Perler et Alfonso Gomez.

Les quatre sont arrivés en tête dimanche. En cinquième position, le PLR Simon Brandt continue la course seul, alors qu'il appelait à une large alliance de la droite. Mais le PDC refuse de s'allier avec le MCG et l'UDC. Sa candidate Marie Barbey, sixième avec 525 voix de moins que M. Brandt, défendra de son côté l'unique siège détenu par la droite dans l'exécutif de la première ville du canton.

A l'extrême gauche, Maria Perez, du Parti du travail (8e), et Pierre Bayenet, d'Ensemble à Gauche (9e), partent aussi chacun de leur côté. A l'UDC, Christo Ivanov (13e) continue seul, tandis que le MCG maintient ses deux candidats, Daniel Sormanni (12e) et Luc Barthassat, ex-conseiller d'Etat PDC (11e). Dujak Sanja, de la liste Egalité et équité (15e), reste en lice.

Alliances gauche-droite

Des alliances gauche-droite sont formées au second tour dans d'autres villes. A Meyrin, le PS et les Verts s'allient avec le PDC. Ils présentent leurs deux candidats sur une liste commune, après l'élection de la socialiste sortante Nathalie Leuenberger au premier tour.

A Vernier, cinq hommes sont encore en lice pour deux des trois postes de conseiller administratif, le socialiste sortant Martin Schaub ayant été élu au premier tour. Le PS, les Verts et le PLR s'allient à nouveau "pour faire barrage aux populistes". Le MCG Thierry Cerutti est arrivé en quatrième position dimanche après le Vert Mathias Buschbeck et le PDC Yves Magnin.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.