Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les partisans du sentier au bord du lac à Gland (VD) l'ont emporté dimanche contre la municipalité et le législatif. Par 1605 voix contre 865, les habitants de la commune ont rejeté le plan partiel d'affectation combattu par le référendum "Halte à la confiscation des Rives du Lac".

Après le "oui" à la Tour-de-Peilz (VD) en novembre 2010 à un sentier au bord de l'eau, les défenseurs d'un accès large et sans restrictions au long du lac célèbrent une nouvelle victoire. Leur référendum avait recueilli quelque 1700 signatures alors que 1100 étaient nécessaires. La participation au scrutin de dimanche s'est élevée à 33,38%.

Longues négociations

"On prend acte du résultat", a déclaré à l'ats Gérald Cretegny, syndic de Gland. Le taux de participation est "faible par rapport au battage" fait autour de ce sujet, a-t-il ajouté. "C'est un dossier très technique" et la question du sentier n'était à ses yeux que "marginale".

"On va s'accommoder de ce résultat et tout mettre en oeuvre pour réaliser ce cheminement", a poursuivi Gérald Cretegny, en soulignant que de "longues négociations" allaient s'engager avec les propriétaires. "On n'a que très peu d'expérience en matière d'expropriation pour des cheminements publics".

Intérêt public

De leur côté, les référendaires se sont "réjouis" du "large" refus du plan partiel d'affectation (PPA) par 65% des suffrages exprimés. Ce score témoigne de l'attachement d'une majorité de la population à "l'intérêt public plutôt qu'à celui de quelques particuliers".

Les votes de la Tour-de-Peilz et de Gland "prouvent l'attente forte de la population de pouvoir accéder au bord du lac", relèvent les référendaires. Ils annoncent que dès jeudi prochain, un postulat sera déposé au Conseil communal pour demander à la Municipalité de décrire comment elle entend mettre en oeuvre la volonté populaire exprimée.

ATS