Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Grande-Bretagne: violents heurts lors de manifestations d'étudiants

Londres - La Chambre des Communes, chambre basse du Parlement britannique, a voté jeudi l'augmentation des frais universitaires malgré plusieurs manifestations marquées par des violences à Londres. La réforme prévoit un quasi triplement des droits d'entrée, jusqu'à 9000 livres par an (14'000 francs) dès la rentrée 2012.
Le centre de Londres a été le théâtre de scènes de chaos jeudi, la police montée tentant de disperser des groupes d'étudiants qui lançaient fusées éclairantes et boules de billards selon les forces de l'ordre. Huit policiers et six manifestants ont été blessés, et neuf personnes interpellées, selon un dernier bilan de la police.
Le projet de loi -qui doit encore passer devant la chambre des Lords, ce qui devrait être une simple formalité- a été adopté avec 323 voix pour et 302 contre. La majorité du gouvernement de coalition, qui est d'habitude d'au moins 83 députés, a donc été réduite à 21.
Majorité divisée
Ce projet a provoqué une scission au sein des libéraux-démocrates, partenaires des conservateurs au gouvernement. Ils s'étaient engagés pendant la campagne pour les législatives en mai à ne pas augmenter les frais d'inscription à l'université.
Le vote était considéré comme un premier test pour la coalition entre les conservateurs et les Lib Dem, même si son issue ne faisait guère de doute.
Le leader des Lib Dems, Nick Clegg, devenu vice-Premier ministre, a avancé l'actuelle cure d'austérité pour justifier la hausse. Le nouveau budget de rigueur, annoncé en octobre, a coupé de 40% le financement public de l'éducation, qui normalement supporte 35% des coûts universitaires.
Vitres cassées au ministère
Peu après l'annonce de l'adoption du projet de loi, des manifestants s'en sont pris au ministère des Finances dont ils ont cassé des vitres, a constaté un journaliste de l'AFP.
Une manifestante, Anna Campbell, a pleuré à l'annonce des résultats du vote. "Je suis tellement énervée. Mais ce n'est pas la fin. C'est juste le début, on va continuer à se battre", a prévenu cette étudiante de 19 ans de l'université de Sheffield dans le centre de la Grande-Bretagne.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.