Navigation

Gripen: le Conseil fédéral décidera du sort du fonds en cas de non

Ce contenu a été publié le 04 mai 2014 - 16:43
(Keystone-ATS)

Si le peuple dit non aux Gripen le 18 mai prochain, le Conseil fédéral décidera de l'affectation du fonds, initialement destiné à l'achat des avions de combat suédois. L'armée conserverait volontiers ces 3,1 milliards, distillés à coup de 300 millions de francs par an. Mais l'Administration fédérale des finances (AFF) ne l'entend pas de cette oreille.

Il y a des chances que l'armée puisse garder cet argent, mais "la décision dépend de la volonté politique du gouvernement et de la marge de manœuvre financière", a expliqué à l'ats Philipp Rohr, porte-parole de l'AFF. Il est aussi possible que le plafond des dépenses de l'armée revienne à son niveau antérieur sans le fond. "Le dernier mot revient au parlement".

Le porte-parole de l'AFF est revenu sur une information diffusée par la "Zentralschweiz am Sonntag" et la "Ostschweiz am Sonntag". Le "SonntagsBlick" avait déjà émis des hypothèses sur ce sujet dimanche dernier.

L'achat des 22 avions suédois est évalué à 3,126 milliards de francs. Le peuple est appelé à se prononcer sur la création d'un fonds. Au budget de 4,7 milliards de francs de l'armée viennent s'ajouter les 300 millions annuels, issu du fonds pour l'achat des Gripen.

Autres équipements militaires

Les 300 millions versés en 2014 ne pourront pas être transférés plus loin, a relevé le porte-parole. Cet argent est affecté au Département fédéral de la défense (DDPS). "L'armée pourrait l'utiliser pour d'autres équipements militaires".

Il faut pour cela que l'argent soit bloqué par un crédit obligatoire. Cela signifie que l'armée peut seulement acheter du matériel, dont l'achat a déjà été décidé par le Parlement. "Des investissements prévus peuvent dans ce cas être préférés ou accélérés".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article