Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, s'exprimait à Rome lors de la 40e session de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.

KEYSTONE/EPA ANSA/MAURIZIO BRAMBATTI

(sda-ats)

Le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde a augmenté à cause de l'effet combiné des guerres et du changement climatique, a annoncé lundi la FAO. Ces dernières années avaient pourtant connu une baisse constante de ce nombre.

"Le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde a augmenté depuis 2015, et menace de réduire à néant des années de progrès", a déclaré lundi M. José Graziano da Silva, directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Il s'exprimait devant les Etats membres à l'occasion de l'ouverture de la conférence bisannuelle de l'organisation à Rome.

Quelque 795 millions de personnes ont manqué de vivres durant la période 2014-2016, une baisse de 21% par rapport à 1990-1992, selon les données de la FAO. "Les premières données disponibles indiquent que le nombre de personnes souffrant de malnutrition va recommencer à augmenter cette année", a estimé José Graziano da Silva. Les chiffres définitifs seront disponibles en septembre.

"Environ 60% des personnes souffrant de la faim habitent des zones touchées par la guerre et les changements climatiques", a-t-il indiqué. Au total, 19 pays sont en situation de crise prolongée, où les conflits et la violence viennent souvent s'ajouter à la sécheresse ou aux inondations causées par le réchauffement climatique.

Près de 20 millions de personnes luttent contre la faim à cause des combats et de la sécheresse au Soudan du Sud, au Nigeria, en Somalie et au Yémen. Éradiquer la faim dans le monde d'ici à 2030 fait partie des Objectifs du développement durable des Nations Unies adoptés en septembre 2015.

La Suisse s'engage

"Pour cette 40ème session, la délégation suisse - conduite par le Directeur de l’Office fédéral de l’agriculture Bernard Lehmann - s’engage pour que la FAO puisse continuer de jouer un rôle clé en faveur d’une agriculture durable, résiliente aux changements et innovante", déclare l'OFAG dans un communiqué.

La Suisse soutient notamment les activités de la FAO dans des domaines tels que la biodiversité, la durabilité dans l’élevage et les partenariats novateurs.

ATS