Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le patrimoine net des ménages en Suisse s'est accru de 4,7 % l'an passé pour valoir 2822 milliards de francs, grâce à l'immobilier. Calculé par habitant, il affiche une progression de 3,6 % ou de quelque 12'000 francs sur un an pour un montant de 354'000 francs.

La hausse globale s'explique par l'augmentation de la valeur de marché des biens immobiliers (+9,2 % à 1547 milliards), a indiqué mardi la Banque nationale suisse (BNS). Après déduction des dettes hypothécaires, l'immobilier constituait 31,5 % du patrimoine net des ménages, avec 890 milliards de francs.

Cette part ressort en constante croissance, dans la mesure où elle n'excédait pas 24,5 % en 2006, relève l'institut d'émission monétaire dans son commentaire. Deux raisons à cette progression: la hausse continue des prix immobiliers ainsi que les pertes en capital sur le patrimoine financier, du fait de la baisse des cours boursiers et des aléas monétaires dont ont pâti les ménages.

Les actifs financiers ont de leur côté crû de 1,2 % à 1982 milliards de francs. Une progression freinée par le recul du cours des actions sur les marchés suisses et étrangers. Au total, les actifs ont atteint 3528 milliards (+4,5 % par rapport à 2010).

Davantage de dettes

Parmi les différentes catégories d'actifs, l'épargne (numéraire et dépôts) s'est établie à 631 milliards de francs (+45 milliards). La valeur des actions est demeurée stable (214 milliards de francs).

Les parts de placements collectifs de capitaux, de même que les produits structurés et les titres de créances - obligations de caisse, papiers monétaires et obligations - se sont, eux, contractés.

A contrario, les droits sur les assurances et les caisses de pension ont augmenté, en raison principalement du surcroît des cotisations du deuxième pilier au regard des rentes versées.

Alors que leur patrimoine s'est étoffé, les Helvètes ont, dans le même temps, vu leurs dettes gonfler. Les passifs des ménages ont grimpé de 26 milliards à 706 milliards de francs. Les prêts hypothécaires, qui en constituent quelque 90 %, se sont inscrits à 657 milliards (+25 milliards). Les crédits à la consommation ont légèrement progressé, pour s'élever à 15,6 milliards.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS