Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zurichois et Lucernois sont satisfaits des heures d'ouverture des commerces qui leur sont proposées dans leur canton. Ils ont rejeté dimanche deux projets, l'un très libéral issu d'une initiative du PLR à Zurich, l'autre plus modeste présenté par les autorités à Lucerne.

Disposant déjà d'horaires d'ouverture des magasins parmi les plus libéraux de Suisse, les citoyens zurichois ont rejeté par 70,7% des voix l'initiative libérale-radicale "Le client est roi!". Ils ont suivi le gouvernement et la majorité du parlement qui appelaient à refuser ce texte soutenu par l'UDC ainsi que des représentants du tourisme, des PME et des consommateurs.

Ouverture n'importe quand

L'initiative demandait que les magasins puissent ouvrir n'importe quand, dimanche et jours fériés compris. Il se serait agi d'une première en Suisse. Le texte n'aurait d'ailleurs pas pu être appliqué tant que la législation fédérale interdit le travail dominical. Dans le canton de Lucerne, il s'agissait seulement pour les autorités d'allonger les horaires d'une heure le samedi.

Ni à Zurich ni à Bâle, la perspective de nouvelles réductions fiscales pour les entreprises n'a passé l'obstacle des urnes. Ce n'est toutefois que de justesse que le "non" s'est imposé dans les deux cantons.

Transports publics payants à St-Gall

Dans le canton de St-Gall, les jeunes de moins de 25 ans ne pourront pas voyager gratuitement dans les transports publics de la ville de St-Gall. Les citoyens ont refusé nettement dimanche une initiative de la Jeunesse socialiste (JS). L'initiative a été rejetée par 16'779 voix contre 3470 (82,9%).

De son côté, Thurgovie réforme l'aménagement de son territoire pour lutter contre le mitage de son paysage. Les citoyens thurgoviens ont dit "oui" à 64,75% à la nouvelle loi cantonale sur la planification et la construction. Les propriétaires fonciers du canton devront désormais verser à l'Etat 20% de leur profit en cas d'augmentation de la valeur du terrain, lié à un changement d'affectation de zone.

ATS