Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président de la FH Jean-Daniel Pasche est prudent mais optimiste pour l'industrie horlogère suisse (archives).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Le label swiss made a déjà des effets positifs pour l'horlogerie après six mois et devrait contribuer à faire repartir l'emploi dans la branche, selon le président de la Fédération de l'industrie horlogère (FH). Il ne remet pas non plus en cause la montre connectée.

Les sous-traitants sont actuellement plus optimistes et "nous confirment" que le swiss made a permis "de nouvelles activités", a affirmé jeudi à quelques journalistes Jean-Daniel Pasche, en marge de l'assemblée générale de la FH à Genève. Etant donné que les marques ne donnent aucun chiffre sur la valeur du marché en Suisse, il ne peut toutefois pas établir clairement l'étendue de cet apport.

La faîtière est contactée "tous les jours" par les entreprises qui doivent s'adapter à ce nouveau dispositif. Certaines rapatrient des activités pour atteindre 60% du coût de revient de la montre en Suisse, exigés pour obtenir le label.

Une évaluation plus détaillée sera possible après la période transitoire fin 2018. Le président de la FH ne voit aucune conséquence pour l'arrivée de nouvelles montres connectées suisses. Selon les mesures prises par le Conseil fédéral, la partie de ces produits qui permet la liaison avec d'autres appareils peut être fabriquée à l'étranger.

Première femme à la vice-présidence

Seule exigence de la FH, qui avait été entendue par le gouvernement, ces montres connectées ne devront pas provoquer de "distorsion de concurrence". Parmi les autres avantages du swiss made, le label et la stabilisation des exportations qui semble se confirmer pour 2017 "vont contribuer à recréer des emplois" dans la branche. Mais là encore, M. Pasche ne peut pas chiffrer cette relance.

Après une augmentation de 10'000 postes entre 2010 et 2015, la branche a connu en 2016 une contraction de près de 2000 personnes, et même 3000 dans la production. L'horlogerie, comme le luxe, "surréagit", selon le président de la FH. "Elle est très vite impactée" mais peut "vite" se reprendre lorsque la situation économique s'améliore.

Jeudi, l'assemblée générale de la FH, faîtière aux finances positives, a élu deux nouveaux vice-présidents. Pour la première fois, une femme siégera à cette fonction. Carole Decosterd, de Rolex Genève, a été désignée de même que le directeur financier de Swatch Group Thierry Kenel.

ATS