Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Huit morts lors d'un attentat suicide dans l'est de la Libye

Un kamikaze a fait exploser son véhicule à un barrage tenu par des forces loyales au maréchal Haftar (en photo), à l'entrée est de la ville d'Ajdabiya, à 840 km à l'est de Tripoli (archives).

KEYSTONE/EPA REUTERS POOL/PHILIPPE WOJAZER / POOL

(sda-ats)

Au moins huit personnes, dont des civils, ont été tuées jeudi soir dans un attentat suicide contre un barrage de sécurité, dans l'est de la Libye, selon des sources hospitalière et des services de sécurité. Huit autres sont blessées.

Un kamikaze a fait exploser son véhicule à un barrage tenu par des forces loyales au maréchal Haftar, à l'entrée est de la ville d'Ajdabiya, à 840 km à l'est de Tripoli, a indiqué à l'AFP le général Fawzi al-Mansouri, un haut responsable local de sécurité.

"Cinq personnes étaient décédées à leur arrivée à l'hôpital peu après l'attentat", a indiqué à l'AFP une source de l'hôpital publique de la ville. Trois parmi les onze blessés admis dans l'établissement ont succombé plus tard à leurs blessures, a ajouté cette source sous couvert de l'anonymat.

"Il y a des civils parmi les morts et les blessés", a précisé général Mansouri. Les victimes civiles étaient de passage au moment de l'attaque qui n'a pas été revendiquée jusqu'ici, a-t-il indiqué, ajoutant que le véhicule transportait une lourde charge explosive.

Déchirée

Il s'agit de la deuxième attaque du genre en moins d'un mois dans cette région. Un premier attentat suicide revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) avait fait trois blessés le 9 mars à 60 km au sud d'Ajdabiya.

Malgré la perte de son fief de Syrte, dans le nord du pays, en décembre 2016, l'EI reste actif notamment dans le centre et le sud de la Libye.

Le 21 février, trois membres des forces loyales au maréchal Haftar ont été tuées dans un attentat revendiqué aussi par l'EI, dans la région de Waddan (centre). La Libye est déchirée par des luttes de pouvoir et minée par une insécurité chronique depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Elle est dirigée par deux autorités rivales. A Tripoli, le gouvernement d'union nationale (GNA) soutenu par la communauté internationale et un cabinet parallèle installé dans l'est du pays et soutenu par le maréchal Khalifa Haftar à la tête de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.