Navigation

Incidents à Bruxelles après l'interdiction de Dieudonné

Ce contenu a été publié le 04 mai 2014 - 21:33
(Keystone-ATS)

La police belge a eu recours à des canons à eau, dimanche, pour disperser des manifestants qui dénonçaient l'interdiction du premier congrès européen de la dissidence. Dieudonné et Alain Soral, tous deux accusés d'antisémitisme, devaient notamment y participer.

Eric Tomas, le bourgmestre (maire) d'Anderlecht, dans la banlieue de Bruxelles, a expliqué avoir interdit l'événement organisé par un petit parti d'extrême droite, "Debout les Belges!", en raison des risques de "trouble à l'ordre public".

Dieudonné M'Bala M'Bala, dont le dernier spectacle a été interdit en France après l'affaire de la "quenelle" et de propos jugés antisémites, figurait sur la liste des orateurs attendus dans la capitale belge, selon le site du "congrès".

La Ligue belge contre l'antisémitisme avait demandé à la justice d'interdire la tenue de ce "jour de haine" qu'aurait constitué, selon elle, "le premier rassemblement d'auteurs, de théoriciens et de propagandistes antisémites depuis la Seconde guerre mondiale".

Manifestants dispersés

Dimanche, des centaines de personnes ont fait face à la police anti-émeute en attendant que la justice administrative belge, saisie par les organisateurs, se prononce sur l'interdiction, ce qu'elle n'a pas fait.

Après un face-à-face de plusieurs heures, la police a utilisé des canons à eau pour disperser les manifestants.

Laurent Louis, le député d'extrême droite qui préside "Debout les Belges!", a dénoncé devant ses partisans "une démonstration d'antidémocratie" de la part de la "République soviétique de Belgique".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.