Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus d'un tiers des entreprises de l'industrie suisse des machines ont essuyé en 2011 des pertes au niveau opérationnel. Les marges ont souffert de la force du franc, les prix à l'exportation ayant reculé de 4,1% l'an dernier.

Sur l'ensemble de 2011, l'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) a vu ses entrées de commandes baisser de 0,5%, a indiqué jeudi à Zurich Swissmem, l'organisation faîtière de la branche.

Malgré un excellent premier trimestre, la cherté du franc a contraint l'industrie à des concessions massives sur le prix pour décrocher des commandes, avec pour effet immédiat de miner les marges.

Lutte pour la survie

Ainsi l'an dernier, plus de la moitié ont vu leurs marges EBIT rétrécies de 6% au moins. "De nombreuses sociétés vivent actuellement de leur substance et luttent pour leur survie", a averti le directeur de Swissmem Peter Dietrich.

Au seul quatrième trimestre 2011, les commandes ont chuté de 18,6% au regard du trimestre correspondant en 2010. Celui-ci avait toutefois été particulièrement bon, d'où un fort effet de base, a relativisé Peter Dietrich.

La tendance négative des entrées de commandes s'est répercutée sur le chiffre d'affaires avec un décalage. Les ventes cumulées du secteur ont donc crû modérément de 2,1% sur l'ensemble de l'exercice 2011, mais reculé de 2,5% sur les trois derniers mois.

La Chine, troisième destination

L'industrie MEM exporte près de 80% de ses produits, dont 60% vers la zone euro. L'an dernier, les ventes à l'étranger ont progressé de 1,4%. Affaiblies au second semestre, elles ont perdu 4,1% au dernier trimestre. Premier débouché, l'Union européenne a enregistré un recul de 1,3% sur l'année.

L'Asie a fait bonne figure (+6%), tout comme le continent américain (+4,7%). La Chine est devenue l'an passé la troisième destination, derrière l'Allemagne puis les Etats-Unis.

L'industrie des machines constitue le deuxième secteur exportateur de la Suisse. Elle est devancée par la branche pharmaco-chimique, la troisième place revenant à l'horlogerie.

ATS