Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Jeunes UDC du canton de Berne partent en guerre contre le centre culturel autonome de la Reithalle à Berne. Ils ont annoncé vendredi le lancement d'une initiative au niveau cantonal pour contraindre la Ville de Berne à agir.

Les Jeunes UDC s'appuient sur la loi sur la péréquation financière et la compensation des charges (LPFC) pour lutter contre ce qu'ils considèrent comme une "zone de non-droit". Ils veulent faire en sorte que les prestations de la LPFC versées à la Ville de Berne soient réduites aussi longtemps que les autorités communales tolèrent la Reitschule sous sa forme actuelle.

Les initiants veulent que l'indemnisation forfaitaire des charges de centre urbain de la Ville de Berne soit revue à la baisse par une modification de la LPFC. Pour y parvenir, ils veulent modifier quatre articles de cette loi.

Pour le président des Jeunes UDC Erich Hess, la Reitschule est un repère de casseurs et la Ville de Berne se contente de regarder sans rien entreprendre. Dans une prise de position, les exploitants du centre alternatif estiment que la Reitschule est devenue un thème de la campagne en vue des élections fédérales.

Depuis son affectation comme centre culturel en 1987, la Reithalle est devenue un thème récurrent de la politique municipale bernoise. Les citoyens ont déjà été appelés cinq fois aux urnes pour se prononcer sur ce symbole controversé de la vie culturelle. Et à chaque fois le peuple a voté en sa faveur.

ATS