Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement français s'est prononcé pour l'interdiction du pesticide Cruiser OSR de Syngenta. Utilisé pour les cultures de colza, ce produit est accusé de contribuer au déclin des colonies d'abeilles. Le groupe agrochimique bâlois dispose de 15 jours pour faire part de ses observations.

Cette décision intervient après la remise d'un avis de l'Anses (l'agence sanitaire pour l'alimentation et l'environnement), demandé en mars par le ministre du gouvernement précédent, qui relève l'impact néfaste sur les abeilles d'une des molécules actives du Cruiser, le thiaméthoxam, démontré par deux études récentes.

Les abeilles qui consomment du nectar contenant cette molécule à faible dose seraient susceptibles de troubles de comportement affectant leur capacité à revenir à leur ruche. Cet effet pourrait alors contribuer au déclin des colonies concernées, a précisé le ministre.

Le gouvernement français a dans le même temps saisi la Commission européenne sur le sujet pointant le caractère nectarifère de la plante.

"Approche originale"

Dans son avis, l'Anses souligne l'"approche originale" des chercheurs, qui ont suivi les déambulations des abeilles en apposant sur elles des puces à radio-identification. Ils ont pu ainsi constater qu'à une dose sublétale, c'est-à-dire au-dessous de la dose jugée mortelle, le thiaméthoxam avait un effet néfaste sur leur retour à la ruche.

L'Anses reconnaît que les doses utilisées par les chercheurs étaient supérieures aux doses usuelles, mais estime qu'une exposition à cette dose "ne peut être totalement exclue dans des circonstances particulières". Elle relève aussi que d'autres études vont dans le même sens.

Contacté, Syngenta n'a pas réagi dans l'immédiat. Mais le groupe avait contesté les conclusions des récentes études en affirmant qu'elles étaient "fortement éloignées de la réalité". Il dispose maintenant d'un délai de 15 jours pour faire part de ses observations, avant que l'interdiction définitive ne soit prononcée.

Défenseurs de l'environnement et apiculteurs ont applaudi à la nouvelle.

ATS