Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président français François Hollande a tenu samedi un discours du 14 juillet offensif sur le front de l'emploi, "première priorité" de son quinquennat, en fustigeant la direction de PSA Peugeot Citroën. Il est également revenu sur l'affaire du tweet de Valérie Trierweiler.

Dans une intervention télévisée à l'occasion de la fête nationale française célébrant la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, M. Hollande a évoqué le dossier emblématique de PSA Peugeot Citroën. Le deuxième constructeur européen vient d'annoncer des fermetures d'usines et 8000 suppressions de postes.

Le chef de l'Etat s'est montré particulièrement virulent à l'égard de la direction du groupe, accusée de "mensonge" et d'avoir reporté l'annonce du plan à l'après-présidentielle.

"C'est un choc. L'Etat ne laissera pas faire", a-t-il déclaré, rappelant que le gouvernement a chargé un expert d'examiner le bien fondé des décisions de PSA.

Aucun "licenciement sec"

François Hollande a déclaré qu'il n'accepterait aucun "licenciement sec" pour les salariés de PSA mais a admis que l'Etat ne pourrait s'opposer à la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois. Mais "nous pouvons faire en sorte qu'Aulnay reste un site industriel, de la même manière qu'il doit y avoir des garanties sur la pérennisation du site de Rennes", a-t-il expliqué.

"Tweet" de Trierweiler

Sur le plan personnel, François Hollande a déclaré qu'une affaire comme celle du "tweet" de sa compagne Valérie Trierweiler ne se reproduirait pas et qu'il avait demandé à ses proches de respecter un principe de séparation entre la sphère publique et la sphère privée.

Interrogé sur la possibilité que ce genre d'incident se reproduise, il a opposé un "non" catégorique.

"Il n'y a pas de statut (de première dame). Valérie veut garder son activité professionnelle. Je comprends. A partir de là, elle sera présente à mes côtés lorsque le protocole l'exigera", a déclaré le président. "Ce n'est pas facile de prendre cette place. Il doit y avoir des règles", a-t-il jugé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS