Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police de Téhéran mène une nouvelle campagne contre les femmes qui ne mettent pas correctement le voile, obligatoire en Iran, ou portent des robes "vulgaires", rapportent samedi les médias, citant le chef de la police. Les contrevenantes doivent généralement payer une amende.

De telles opérations, lors desquelles les policiers inspectent les femmes en voiture ou à pied aux carrefours importants, sur les grandes avenues ou dans les centres commerciaux, sont fréquentes en Iran. Cette dernière campagne a été lancée quelques jours avant le second tour des élections législatives du 4 mai, et alors que la hausse des températures pousse les femmes à adopter des tenues plus légères.

Les contrevenantes doivent généralement payer une amende et restent détenues au poste de police jusqu'à ce que des proches viennent les chercher avec des vêtements plus adéquats. Dans le même temps, les sociétés importatrices de vêtements non conformes au code vestimentaire islamique recevront un avertissement ou seront fermées.

Parallèlement, les "voyous" qui perturbent l'ordre public et les hommes qui "ennuient les filles et les femmes des autres" seront aussi interpellés, a promis le chef de la police.

ATS