Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quelque six millions de patients atteints de maladies graves sont affectés par les sanctions économiques occidentales imposées à l'Iran, selon une responsable sanitaire. C'est la première fois qu'un responsable iranien évoque l'ampleur de l'impact des sanctions sur la santé publique en Iran.

Ces sanctions ont "sévèrement affecté" l'importation de produits pharmaceutiques et d'équipements médicaux destinés au traitement de maladies graves, comme les cancers, les scléroses multiples ou les insuffisances rénales, a déploré Fatemeh Hachemi, responsable de la Fondation pour les maladies graves, citée dimanche par le quotidien gouvernemental "Iran Daily".

Cancers et scléroses

Si les sanctions ne concernent pas la vente à l'Iran de médicaments et d'équipements médicaux, l'embargo bancaire a compliqué leur importation et multiplié leur coût, aboutissant à des "pénuries" dans certains domaines, a-t-elle dénoncé.

"Nous constatons une pénurie principalement pour le traitement des cancers et des scléroses multiples, mais aussi pour soigner les thalassémies ou pour les dialyses", a-t-elle précisé.

Jusqu'à l'été dernier, la ligne officielle du régime considérait que les sanctions n'avaient qu'un effet minime sur le pays et les rares allusions des médias sur leur impact sanitaire évoquaient surtout une hausse du prix des médicaments.

Appel à Ban Ki-moon

"Les prix des médicaments produits localement ont augmenté de 15 à 20% au cours des trois derniers mois, et ceux des produits importés de 20% à 80%", notait la semaine dernière le responsable d'une entreprise pharmaceutique iranienne, Mohammad Hossein Hariri, cité par l'agence Isna.

"Nous risquons une crise de pénurie de médicaments dans un futur proche si les dirigeants ne s'attaquent pas à ce problème", avait-il averti.

Selon l'"Iran Daily", Mme Hachemi a envoyé en août dernier une lettre au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon pour lui demander d'intervenir auprès des pays occidentaux pour obtenir "une levée des sanctions qui sont de nature politique et affectent de façon inadmissible les malades" en Iran.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS