Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Coup de théâtre au PDC Vaud. Finalement, le conseiller national Jacques Neirynck sera sur la liste du parti au Conseil des Etats et au National aux côtés de Claude Béglé en vue des prochaines élections fédérales. Le parti estime que "l'unité est bien meilleure porteuse que la division".

En juin dernier, le PDC Vaud avait pourtant décidé de tout miser sur Claude Béglé, 65 ans, ancien patron de La Poste, dans la course aux Etats et au National. Un non clair et net à Jacques Neirynck, 83 ans, qui après trois législatures au Conseil national avait fait part de son envie de passer à la chambre des cantons.

L'affaire avait fait grand bruit dans le microcosme politico- médiatique vaudois. Les médias faisaient état de tensions entre le parti et le doyen du Parlement, et ce dernier n'excluait pas de se présenter en indépendant au Conseil des Etats.

Parti unanime

Réuni mardi soir en assemblée générale, le PDC Vaud a opéré un revirement inattendu. A l'unanimité, le parti a désigné Claude Béglé et Jacques Neirynck comme candidats aux Etats. Le premier sera également tête de liste au Conseil national, accompagné notamment du second.

"Oui, il y a eu des fâcheries et des divergences mais nous avons repris contact entre gens de bonne intelligence. Et considéré qu'il y avait plus choses qui nous rassemblaient que de choses qui nous divisaient", a indiqué mercredi à l'ats le co-président du parti, Axel Marion.

Reste qu'il reconnaît "la figure historique et dominante" qu'est Jacques Neirynck et ne conteste pas qu'il va falloir communiquer pour expliquer aux électeurs ces changements. Et d'ajouter que la récente décision des Vert'libéraux vaudois de présenter deux candidats aux Etats donne de la légitimité à la décision du PDC.

Tsunami dans des WC

De son côté, Jacques Neirynck minimise les tensions qui l'auraient opposé à son parti et à Claude Béglé. "C'était un tsunami dans une cuvette de WC. Je suis toujours resté au sein du PDC. La seule chose qui était en suspens c'était de savoir s'il y aurait un ou deux candidats aux Etats".

Reste que l'octogénaire maintient sa ligne: les Etats, dont les deux sièges vaudois sont occupés par des membres du camp rose-vert, la socialiste Géraldine Savary et le Vert Luc Recordon, l'intéressent véritablement. "On verra à ce moment-là", affirme-t-il sur la question de savoir s'il occupera son siège s'il est élu au National. De son côté Axel Marion estime que "si Jacques Neirynck est candidat, c'est qu'il souhaite assumer un rôle".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS