Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'amélioration de la situation économique aux Etats-Unis devrait "justifier" un relèvement des taux directeurs cette année en dépit d'"incertitudes" notamment sur la scène internationale, a assuré mercredi la présidente de la Réserve fédérale (Fed) Janet Yellen.

"Si l'économie évolue comme prévu, la situation économique devrait justifier à un moment dans l'année d'augmenter les taux fédéraux et de commencer ainsi à normaliser la politique monétaire", réaffirme la dirigeante de la Fed dans un discours au Congrès américain.

Depuis 2008, la Réserve fédérale maintient ses taux directeurs proches de zéro pour soutenir l'activité, mais songe désormais à les relever à mesure que l'activité économique américaine s'améliore et s'approche de ses deux objectifs: le plein-emploi et une inflation annuelle à 2%.

Pas de date précise

Tout en se gardant de donner une date précise, Mme Yellen continue de plaider pour que cette hausse ait lieu d'ici à la fin 2015 tout en appelant à ne pas "surestimer" l'importance de cette décision, détaille-t-elle dans ce discours devant une des commissions de la Chambre des représentants américaine.

Selon la patronne de la Fed, le marché du travail "va dans la bonne direction" en dépit de certaines faiblesses et l'inflation annuelle, actuellement très faible aux Etats-Unis (+0,2% en avril), devrait "progressivement" remonter.

"Les perspectives augurent de nouvelles améliorations du marché du travail américain et de l'économie en général", résume Mme Yellen, tout en mettant en garde contre certaines "incertitudes" sur la scène intérieure mais surtout à l'international.

"La situation à l'étranger, en particulier, fait peser certains risques sur l'économie américaine", relève la dirigeante dans son discours.

Cas grec difficile

Le cas de la Grèce, qui a conclu lundi un préaccord avec ses créanciers européens pour un nouveau plan d'aide, reste "difficile" malgré la reprise "plus ferme" dans l'ensemble de la zone euro, détaille Mme Yellen.

La présidente de la Fed pointe également le cas de la deuxième économie mondiale, la Chine, qui traverse une période de fortes turbulences boursières.

"La Chine continue de se débattre avec les défis posés par une dette élevée, un marché immobilier faible et des conditions financières volatiles", indique Mme Yellen. La prochaine réunion de politique monétaire de la Fed est prévue pour les 28 et 29 juillet.

ATS