Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tous les administrateurs du groupe japonais d'appareils photo Olympus, en proie à un vaste scandale financier, ont démissionné vendredi. L'assemblée générale des actionnaires a ensuite approuvé la nomination d'un nouveau conseil d'administration de onze membres.

Hiroyuki Sasa accédera au poste de patron exécutif du groupe, et Yasuyuki Kimoto, un ancien directeur général de la banque Sumitomo Mitsui, présidera le conseil d'administration. Ce vote a eu lieu lors d'une assemblée générale extraordinaire pour permettre aux actionnaires de se prononcer sur les propositions d'un comité de réforme après la démission quelques heures auparavant des membres du précédent conseil.

Camouflage de pertes

Ce cénacle avait été mandaté par la direction démissionnaire pour modifier les instances dirigeantes afin de mettre fin aux collusions qui ont conduit au camouflage de pertes financières pendant des années.

L'approbation des onze nouveaux membres, dont six venant de l'extérieur du groupe, était incertaine. Des investisseurs institutionnels s'étaient opposés à la nomination de plusieurs des personnes pressenties, jugées à la botte des banques.

Nouveau départ

Un millier de porteurs d'actions, un record pour la firme, ont assisté à cette réunion extraordinaire. La nomination des nouveaux membres doit donner un nouveau départ pour redorer l'image du groupe, même si les enquêtes sur les malversations au Japon, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne ne sont pas encore terminées.

La société Olympus est enferrée depuis le mois d'octobre dans une affaire de camouflage de pertes de plus de 130 milliards de yens (près de 1,5 milliard de francs) issues d'investissements qui ont tourné au fiasco après l'éclatement de la bulle financière des années 1980.

ATS