Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un collectif d'associations de défense de la langue française va attaquer en justice le slogan en anglais choisi pour promouvoir la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024.

Elles estiment que le slogan "Made for Sharing" enfreint une la loi de 1994 relative à l'emploi de la langue française, ainsi que la charte olympique.

Une mise en demeure préalable a été adressée mercredi au groupement d'intérêt économique Paris 2024 et un référé en suspension sera déposé lundi au tribunal administratif de Paris, une fois reçu l'accusé de réception de la mise en demeure. Le défenseur des droits Jacques Toubon a également été saisi cette semaine.

Pour ce collectif d'"associations de défense de la langue française", ce slogan ainsi que la cérémonie de lancement "intégralement en anglais" constituent "une insulte caractérisée à la langue française", selon leur lettre de mise en demeure.

Pour leur avocat Emmanuel Ludot, ce choix d'un slogan officiel en anglais (la traduction française, "Venez partager", n'apparaissant pas dans la communication officielle) enfreint plusieurs articles de la loi, et notamment l'article 14, selon lequel "l'emploi d'une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d'une expression ou d'un terme étrangers est interdit aux personnes morales de droit public dès lors qu'il existe une expression ou un terme français de même sens".

Il cite également la Charte olympique, selon laquelle "le français est la première langue de l'olympisme", et langue officielle du CIO, au même titre que l'anglais.

Le collectif rassemble notamment Francophonie avenir (AFRAV), l'Association pour la sauvegarde et l'expansion de la langue française, l'Union nationale des écrivains de France ou encore le Collectif unitaire républicain pour la résistance, l'initiative et l'émancipation linguistique (COURRIEL).

"Evidemment, je trouve que ce slogan est une faute, une ânerie", a commenté l'ancien animateur de télévision et grand défenseur de la langue française Bernard Pivot sur RTL, désolé que "Paris, capitale de la francophonie fasse la courbette devant la langue qui n'est pas seulement celle de Shakespeare mais celle de Donald Trump".

Jeudi, l'Académie française avait déjà exprimé "sa réprobation" et souligné que ce slogan avait "déjà été utilisé lors de campagnes publicitaires" notamment pour des pizzas à découper.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS