Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Julius Baer est candidate au rachat des activités de banque privée hors des Etats-Unis de Bank of America (BoFA). La division, issue de la banque d'affaires Merrill Lynch reprise par BofA en pleine crise des "subprime", gère 90 milliards de dollars d'actifs.

La banque privée zurichoise a confirmé mardi des négociations, dont l'existence avait déjà transparu la semaine dernière dans les colonnes du "Financial Times". Mais vu le stade précoce des discussions, l'issue est encore entièrement ouverte, a indiqué Julius Baer dans un bref communiqué.

Selon des observateurs, la transaction est évaluée dans un fourchette oscillant entre 2 et 3 milliards de dollars (2,85 milliards de francs). Pour le quotidien économique et financier britannique, elle se jouerait notamment entre trois acteurs helvétiques, avec outre Julius Baer, UBS et Credit Suisse.

La banque américaine Wells Fargo se trouverait aussi sur les rangs, tout comme d'ailleurs la Royal Bank of Canada. Selon certaines sources, des incertitudes existent quant à la qualité des actifs du portefeuille de BofA, qui cherche à se séparer de l'entité parce qu'il la juge trop petite pour générer des revenus suffisants.

L'appétit de Julius Baer

Bank of America constitue la deuxième banque américaine par la valeur de ses actifs. L'établissement fait toujours l'objet d'une supervision étroite des régulateurs, car il n'a toujours pas réussi à digérer quelques acquisitions importantes qui se sont révélées désastreuses.

L'intérêt de Julius Baer démontre l'appétit de groupe bancaire zurichois. L'automne passé, celui-ci caressait l'idée de mettre la main sur la banque bâloise Sarasin. Finalement, la participation majoritaire en voix du néerlandais Rabobank a été acquise par la banque brésilienne Safra pour 1,1 milliard de dollars.

Julius Baer est un acteur majeur du secteur bancaire suisse, avec à la tête de sa direction générale le Vaudois Boris Collardi. L'établissement des bords de la Limmat a dégagé l'an dernier un bénéfice net en recul de 27% sur un an à 258 millions de francs.

ATS