Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Chine a atteint "un tournant" dans son développement économique. Elle va devoir procéder à de vastes réformes, alors que le rythme de sa croissance devrait ralentir de moitié dans les deux prochaines décennies, estiment des experts de la Banque mondiale et du gouvernement.

La deuxième économie mondiale doit mettre en oeuvre des réformes d'ampleur pour éviter un ralentissement brutal, et en particulier réduire la taille de son secteur étatique et mettre fin aux situations de monopole dans des secteurs stratégiques, ont relevé lundi ces experts dans un rapport.

Après avoir permis d'atteindre en moyenne 10% de croissance annuelle au cours des 30 dernières années, le modèle de croissance chinois, axé sur l'investissement et les exportations, n'est plus soutenable, a affirmé le président de la Banque mondiale Robert Zoellick lors de la présentation de cette étude "Chine: 2030".

Le rapport a reçu le soutien du vice-président Xi Jinping et du vice-Premier ministre Li Keqiang, qui devraient, sauf coup de théâtre, succéder au président Hu Jintao et au Premier ministre Wen Jiabao lorsque le processus de succession politique sera achevé en mars 2013 en Chine.

Forte résistance

Mais les conclusions du rapport, préparé par la Banque mondiale et le Centre de recherche sur le développement du gouvernement, vont rencontrer probablement une forte résistance de la part de ceux qui tirent profit du modèle actuel, a averti M. Zoellick.

"Les réformes ne sont pas faciles, souvent elles provoquent des rejets", a dit le président de l'institution internationale.

Liu Shijin, vice-ministre du centre de recherche sur le développement, a lui aussi estimé que des réformes étaient nécessaires alors que l'économie chinoise, qui croît à environ 9% annuellement, va voir sa croissance ralentir aux alentours de 5 ou 6% dans les 20 prochaines années.

ATS