Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Les autorités sportives et policières allemandes ont décidé que des interdictions de stade pouvant aller jusqu'à 10 ans pourront être prononcées contre les supporters coupables de violences.
Les représentants de 54 clubs professionnels, de la fédération allemande de football (DFB), de la Ligue (DFL) et des ministères de l'Intérieur fédéral et régionaux - qui sont aussi les ministères de tutelle pour les sportifs - étaient réunis à Berlin pour une table ronde sur la sécurité dans les stades, après plusieurs incidents la saison passée.
"Un renforcement considérable de la sévérité des interdictions de stades est prévu et passera de 3 ans actuellement à 5 ans et même 10 ans pour les cas les plus graves", ont annoncé les participants dans une déclaration commune.
En 2007, l'éventail de sanctions avait été réduit, mais "cette mesure est retirée en raison de l'intensité des heurts et des infractions" constatés récemment, poursuivent-ils.
Plusieurs incidents graves avaient émaillé la saison dernière, notamment des affrontements au terme d'un match de barrage entre le club de Karlsruhe (deuxième division) et celui de Ratisbonne (3e division), qui avaient fait 75 blessés, dont 18 chez les policiers, mi-mai.
"C'est un pas important que les clubs se serrent les coudes, les mesures prises sont un signe nécessaire et urgent montrant que tout le monde prend ses responsabilités et s'engage pour plus de sécurité", a déclaré le président de la DFB, Wolfgang Niersbach.
La table ronde a décidé de garder les places debout dans les stades, interdites dans de nombreux pays, mais qui "font partie intégrante de la culture des supporteurs de football allemands", selon la déclaration commune.
Mais le ministre de l'Intérieur allemand, Hans-Peter Friedrich a averti que si la situation ne s'améliore pas rapidement dans les stades, cette mesure pourrait également être révisée.
"Nous avons clairement expliqué que nous voulons une application sérieuse de tout ce qui a été décidé", a déclaré M. Friedrich. "Je me suis aussi permis d'indiquer clairement que nous pourrons imaginer d'autres mesures supplémentaires si le calme ne revient pas", a-t-il ajouté.
"Pour que nous puissions conserver ces places debout durablement, il faut que les supporters comprennent maintenant à quel point la situation est sérieuse et respectent l'ordre dans les stades", a insisté Rainer Koch, vice-président de la DFB.
Mais ceux-ci, même s'ils n'étaient pas invités à la table ronde, ont réagi froidement à ce durcissement du ton des autorités.
"Ce n'est pas très malin de menacer les supporters avec un pistolet pour essayer de les contraindre", a déclaré Robert Pohl, de l'association de "Unsere Kurve" (Notre Virage), qui affirme représenter plus de 300'000 supporters allemands, à l'agence sportive SID, filiale de l'AFP.
Les engins pyrotechniques resteront en revanche interdits dans les stades. Les clubs pourront prendre des mesures de rétorsion contre les groupes organisés de supporters - comme par exemple réviser les contingents de billets réservés s'ils ne respectent pas cette mesure.
En outre, le football allemand va augmenter de 50% ses versements pour la sécurité dans les stades, afin de soulager les finances des collectivités locales.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS