Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'opposition entre l'alliance PS/PDC et la droite (PLR/UDC) diminue au Conseil national depuis 1999, constatent des chercheurs. Les bourgeois (PDC/PLR/UDC) restent soudés. Et contrairement au sentiment général, les alliances contre nature entre le PS et l'UDC sont rares.

Entre 2003 et 2007 et lors de l'actuelle législature, l'UDC et le PS ne se sont retrouvés dans le même camp que dans 3,1% des votes, selon deux chercheurs du centre de recherche sotomo de l'Université de Zurich et du Département d'économie politique de l'Université de Fribourg. Ils qualifient cette conclusion de "surprenante".

Même s'il porte sur des dossiers importants, le phénomène des alliances contre nature est donc "surévalué dans le monde politique suisse", estiment-ils dans une étude publiée vendredi par les quotidiens "Le Temps" et "Neue Zürcher Zeitung".

Il a par exemple été sous le feu des projecteurs lorsque l'UDC et le PS ont l'an dernier fait couler - pour des raisons différentes - les mesures pour freiner la hausse des coûts de l'assurance maladie.

Moins d'alliance entre PS et PDC

Le bloc bourgeois s'est de son côté montré soudé dans 44% des 4679 votes scrutés entre 2007 et 2011. Cette proportion augmente par rapport aux deux dernières législatures: elle était de 42,8% en 2003-2007 et de 41,1% en 1999-2003.

L'alliance de centre gauche a également perdu en signification durant ces quatre dernières années. Entre 1999 et 2003, le PS et le PDC se sont opposés au PRD (actuel PLR) et à l'UDC lors de 23% des votes. Cette proportion n'a cessé reculer, pour atteindre 13,2% pour la législature actuelle.

Parallèlement, PS, PDC et PLR ont plus souvent voté dans le même camp contre l'UDC. Ils ont fait bloc lors de 31,9% des votes durant cette législature, alors qu'une telle alliance se produisait moins fréquemment par le passé.

ATS