Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Autriche peut conserver la "Frise Beethoven", chef-d'oeuvre du peintre Gustav Klimt réclamé par les héritiers d'un collectionneur juif qui vivait en Suisse. La commission chargée des biens spoliés a estimé vendredi que les conditions d'une restitution n'étaient pas réunies.

Cette instance, dont les avis sont toujours suivis par l'Etat, a prononcé de nombreuses restitutions depuis sa création en 1998, notamment celle de la collection Rothschild en 1999. Elle avait été saisie en octobre 2013 par les héritiers du collectionneur juif Erich Lederer, qui contestent les circonstances dans lesquelles l'oeuvre lui a été achetée par la République d'Autriche en 1972.

L'Etat avait déboursé quinze millions de schillings (1,16 million de francs) pour acquérir cette fresque murale de 34 mètres de long sur 2 mètres de haut et l'avait ensuite restaurée. La frise est exposée depuis 1986 au palais-musée viennois de la Sécession, où elle avait été présentée pour la première fois par Klimt en 1902.

Interdiction d'exportation

Acquise par la famille Lederer en 1915, cette fresque avait été saisie par les nazis en 1938 avant d'être restituée à Erich Lederer après la Seconde Guerre mondiale.

L'Etat autrichien avait cependant assorti cette restitution d'une interdiction d'exportation qui, selon les héritiers, a conduit M. Lederer, un résident suisse, à se séparer de l'oeuvre dans des conditions défavorables après des années de vains efforts pour faire lever cette restriction.

La Commission a toutefois estimé vendredi qu'il n'existait pas de "lien temporel et concret" entre la procédure liée à la loi d'interdiction d'exporter et l'achat de la Frise par l'Etat. La Sécession a fait valoir qu'une restitution n'était justifiée "ni juridiquement, ni moralement". Selon son avocat, la vente s'était effectuée à un prix équitable et sans aucune forme de "contrainte".

L'un des avocats des héritiers a de son côté indiqué à l'AFP que ses clients continueraient à faire valoir ce qu'ils considèrent être leurs droits par "tous les moyens légaux possibles".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS