Navigation

L'Ebola "hors de contrôle" dans trois pays d'Afrique de l'Ouest

Ce contenu a été publié le 23 juin 2014 - 16:52
(Keystone-ATS)

L’épidémie d’Ebola poursuit sa progression en Guinée, au Sierra Leone et au Liberia, a affirmé lundi Médecins Sans Frontières (MSF). Pour l'ONG, une mobilisation exceptionnelle des gouvernements de la région et de l’ensemble des organismes d’aide est nécessaire.

"L’épidémie est hors de contrôle", a affirmé le Dr Bart Janssens, directeur des opérations de MSF. "Avec l’apparition de nouveaux foyers en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, le risque d’une propagation à d’autres zones est réel", s'est-il inquiété.

'

L’épidémie d’Ebola qui frappe actuellement l‘Afrique de l’Ouest est d’une ampleur sans précédent de par sa répartition géographique, de par le nombre de cas et le nombre de victimes. LOrganisation mondiale de la santé (OMS) a recensé 528 cas d'Ebola dont 337 décès depuis le début de l'épidémie en Guinée, Sierra Leone et au Liberia.

La recrudescence de cas d’Ebola en Afrique de l'Ouest est due à la mobilité de la population, a expliqué MSF.

Multiplication des foyers

La multiplication des zones touchées rend difficile la prise en charge des patients et le contrôle de l’épidémie. Unique organisation active dans la prise en charge des patients atteints du virus, MSF a indiqué qu'elle peine à répondre aux nouveaux foyers qui nécessitent pourtant une prise en charge urgente.

Et près de 470 patients dont 215 cas confirmés ont été pris en charge dans les centres de traitement de MSF depuis le mois de mars en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Dans ces trois pays, 60 foyers actifs ont également été identifiés.

"Nous avons atteint nos limites", a déclaré Bart Janssens. Malgré les moyens humains et matériels déployés par MSF dans les trois pays touchés, elle n'a plus la capacité d’envoyer des équipes sur les nouveaux foyers actifs.

Mobilisation insuffisante

Une réelle reconnaissance de l’ampleur de cette épidémie par la société civile, ainsi que les autorités politiques et religieuses fait encore défaut, a souligné MSF.

L'ONG demande à l’OMS, aux autorités des pays touchés et des pays limitrophes de mettre à disposition du personnel médical qualifié, d'organiser des formations à la prise en charge de l’Ebola et d'intensifier le suivi des contacts et la sensibilisation auprès des populations.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.