Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le franc continue de s'affaiblir face à l'euro. La monnaie unique européenne a franchi le seuil de 1,09 franc mardi en fin d'après-midi.

Vers 18h00, l'euro a atteint 1,092 franc, soit son plus haut niveau depuis l'abandon du taux plancher de 1,20 franc pour un euro par la Banque nationale suisse (BNS) le 15 janvier. L'euro, qui se renforce vis-à-vis de la devise helvétique depuis plusieurs jours, avait franchi lundi la barre de 1,08 franc pour la première fois depuis février.

Selon les experts, le marché des devises réagit avec retard à l'annonce de l'accord conclu entre la Grèce et ses créanciers à la mi-juillet. Le risque de voir Athènes sortir de la monnaie unique écartée, la devise suisse perd quelque peu de son attrait en tant que valeur refuge.

Bientôt 1,10 franc

Le franchissement du seuil de 1,10 franc pourrait bientôt devenir d'actualité, selon les observateurs. Le franc apparaît toujours surévalué, mais le récent relâchement "va dans la bonne direction", s'est réjoui le vice-président de la BNS Fritz Zurbrügg dans une interview parue samedi dans le bi-hebdomadaire alémanique Finanz und Wirtschaft.

L'euro montait également face au dollar mardi. Les cambistes saluent l'annonce d'un accord en Grèce, mais restent focalisés sur la dévaluation de la devise chinoise qui pourrait pousser la Réserve fédérale américaine (Fed) à reporter une hausse de ses taux. Vers 15h30, la monnaie unique européenne valait 1,1088 dollar, contre 1,1019 dollar lundi vers 23h00.

Un pas important

La Grèce et ses créanciers sont parvenus dans la nuit de lundi à mardi à un accord sur les objectifs budgétaires du pays entre cette année et 2018, au terme de plusieurs semaines de discussions, même si quelques détails restaient à régler en cours de journée.

Il s'agit là d'un premier pas important vers un accord global sur un troisième plan d'aide à la Grèce, d'un montant d'environ 85 milliards d'euros, sur lequel négociaient Athènes et ses créanciers - Union européenne (UE), Banque centrale européenne (BCE), Fonds monétaire international (FMI), Mécanisme européen de stabilité (MES) - depuis plus de deux semaines à Athènes.

ATS