Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'artiste était passionné d'astronomie, comme en témoigne notamment son oeuvre "Météore néfaste".

CDN / Confédération suisse

(sda-ats)

Une exposition à Neuchâtel explore l'imaginaire des sciences dans l'univers de Friedrich Dürrenmatt, dès ce samedi et jusqu'au 10 septembre. Elle montre comment l'écrivain et peintre s'est nourri de ses connaissances dans ses oeuvres littéraires et picturales.

Oeuvres, photographies, vidéos, archives et objets illustrent le propos. Le Centre Dürrenmatt de Neuchâtel expose notamment le téléscope que possédait l'artiste, ainsi que son impressionnant globe terrestre.

Les organisateurs de l'exposition expliquent que Friedrich Dürrenmatt s'est intéressé à un large éventail de thèmes. Il s'est passionné pour l'astronomie dès son enfance, recopiant minutieusement des constellations dans ses cahiers d'écolier.

Plus tard, il a représenté des corps célestes dans ses tableaux. Et il s'est inspiré de l'histoire de la conquête spatiale dans plusieurs de ses oeuvres.

Enjeux et risques

L'énergie nucléaire, la bombe atomique et les peurs apocalyptiques l'ont également inspiré. La comédie "Les Physiciens" (1962) traite de la responsabilité morale des savants dans la construction d'armes pouvant mener à une catastrophe universelle.

Les enjeux et risques de la biotechnologie et de l'intelligence artificielle sont aussi présents dans son travail. Dans le poème "Cerveaux électroniques" (1958), il exprime sa crainte que la dépendance toujours plus grande envers la technique aboutisse à un auto-asservissement de l'être humain.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS