Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'Iran adopte des mesures contre le financement du terrorisme

Le Parlement iranien a adopté de nouvelles mesures contre le blanchiment d'argent et contre le financement du terrorisme (archives).

KEYSTONE/EPA/ABEDIN TAHERKENAREH

(sda-ats)

Le Parlement iranien a adopté dimanche de nouvelles mesures contre le blanchiment d'argent et contre le financement du terrorisme. Le texte est considéré comme vital pour sauver l'accord sur le nucléaire avec les partenaires de Téhéran, après le retrait américain.

Ce projet de loi est l'un des quatre mis en avant par le gouvernement iranien pour répondre aux demandes du Groupe d'action financière (Gafi). Il a été adopté par 143 voix pour et 120 contre, selon l'agence semi-officielle Isna.

Le Gafi est un organisme intergouvernemental fondé en 1989 par le G7, visant à développer et promouvoir des politiques nationales et internationales de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du "terrorisme". En juin, il avait donné trois mois à l'Iran pour adopter plusieurs lois nécessaires à son retrait de la liste noire des pays ou territoires non coopératifs.

"Ni le président ni moi ne pouvons garantir que tous les problèmes seront résolus si nous adhérons" à la Convention onusienne, a affirmé le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, au cours d'un débat précédent le vote. "Mais je peux assurer que ne pas y adhérer donnera aux Etats-Unis plus d'excuses pour accroître nos problèmes", a-t-il ajouté.

Le projet de loi a pour objectif de permettre à l'Iran -seul pays avec la Corée du Nord à faire partie de la liste noire du Gafi- de s'aligner avec les normes internationales et d'adhérer à la Convention de l'ONU pour la répression du financement du terrorisme.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.