Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police fiscale italienne veut des compléments d'informations sur des clients de Credit Suisse (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La police fiscale italienne a demandé aux autorités suisses des informations sur des titulaires de quelque 10'000 comptes, annonce jeudi le ministère italien des finances. La requête intervient dans le cadre des enquêtes criminelles menées contre Credit Suisse.

Cette demande de collaboration est consécutive aux résultats d'enquête coordonnée par le Parquet de Milan. Jusqu'à présent, 3297 titulaires ont été identifiés. Et 173 millions d'euros (190 millions de francs) de taxes, d'intérêts et d'amendes ont été prélevés.

La nouvelle demande des autorités italiennes concerne les détenteurs d'au moins 9953 comptes, pour un montant total de quelque 6,7 milliards d'euros.

En octobre dernier, Credit Suisse était parvenu à régler son différend fiscal avec l'Italie. Le numéro deux bancaire helvétique avait versé au pays 109,5 millions d'euros.

Sollicité par l'agence financière awp, Credit Suisse a déclaré dans une prise de position écrite qu'il "considère l'enquête sur les activités transfrontalières (entre 2008 et 2015) menée par les autorités italiennes comme close".

"Le 14 décembre 2016, le juge italien en charge du dossier a validé l'accord conclu en octobre entre Credit Suisse et les autorités italiennes", a assuré une porte-parole de la banque.

ATS