Navigation

L'OCI dénonce la persécution des chrétiens en Irak

Ce contenu a été publié le 22 juillet 2014 - 05:38
(Keystone-ATS)

L'Organisation de la coopération islamique (OCI), qui représente 57 pays musulmans, a dénoncé lundi "comme un crime intolérable" la persécution des chrétiens en Irak par les jihadistes de l'Etat islamique (EI). Elle a offert son assistance aux déplacés.

Dans un communiqué, le secrétaire général de l'OCI, le Saoudien Iyad Madani, a jugé que "le déplacement forcé (des chrétiens de Mossoul) est un crime intolérable" de la part de l'EI, dont "les pratiques n'ont rien à voir avec l'islam et ses principes de tolérance et coexistence".

"Ces atrocités sont contraires aux principes de l'OCI", dont l'Irak est membre, a souligné M. Madani. Il a ajouté que son organisation était "prête à apporter l'assistance humanitaire nécessaire aux personnes déplacées jusqu'à ce qu'elles soient en mesure de retourner dans leurs foyers".

L'Etat islamique, un groupe jihadiste ultra-radical qui a pris en juin le contrôle de Mossoul, 2e ville d'Irak, a lancé vendredi un ultimatum donnant à la minorité chrétienne quelques heures pour quitter les lieux. Auparavant, il avait déjà appelé les habitants chrétiens de la ville "à se convertir à l'islam, à payer une taxe spéciale ou à quitter la ville", sans quoi ils seraient exécutés.

Avant l'invasion américaine de 2003, la population chrétienne de l'Irak était estimée à plus d'un million, dont plus de 600'000 à Bagdad, 60'000 à Mossoul, mais également dans la ville pétrolière de Kirkouk (nord) et à Bassora (sud). L'OCI est basée à Jeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite.

De son côté, la France a elle aussi condamné lundi les "menaces intolérables" de l'Etat islamique contre les chrétiens en Irak. Paris s'est dit "mobilisé pour que les droits des communautés chrétiennes d'Orient soient respectés".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.