Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Francfort - Des voix s'élèvent en Allemagne contre l'accord obtenu avec la Suisse en matière fiscale. Le Vert Gerhard Schick, spécialiste de la politique financière, reproche au ministère des finances allemands une "mauvaise conduite des négociations".
Le gouvernement de Berlin a négligé d'"abolir définitivement" l'anonymat dû au secret bancaire, a déclaré M. Schick au quotidien "Frankfurter Rundschau". Les deux pays se sont mis d'accord sur "une large amnistie pour les fraudeurs du fisc, dont l'identité restera caché pour les autorités allemandes", déplore-t-il.
Après des années de tensions, la Suisse et l'Allemagne se sont engagées mercredi à négocier un accord sur la fiscalité. La solution sur laquelle les deux pays se sont mis d'accord est l'introduction d'un impôt libératoire à la source sur les fonds des clients allemands déposés en Suisse.
Le taux de cet impôt doit encore être déterminé. Les deux parties devront également se mettre d'accord sur une solution pour régulariser l'argent placé en Suisse et non déclaré depuis des années. En échange, les banques helvétiques devraient avoir un accès simplifié au marché allemand.
Les ministres des finances Hans-Rudolf Merz et Wolfgang Schäuble ont également signé une convention de double imposition révisée conforme à la norme de l'OCDE.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS