Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'initiative de l'UDC exige que les polices zurichoises précisent dans leurs communiqués la nationalité des auteurs présumés de délits.

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

L'UDC du canton de Zurich a déposé mercredi une initiative exigeant que les polices du canton précisent dans leurs communiqués la nationalité des auteurs présumés de délits. La ville de Zurich renonce à cette précision depuis novembre dernier.

Pour l'UDC, la décision de la ville de Zurich de ne plus donner la nationalité des auteurs présumés de délits et des victimes est de la "censure". C'est pourquoi la section cantonale a lancé une initiative. Elle a récolté 9500 signatures (6000 étaient nécessaires).

Le texte exige que la loi cantonale sur la police stipule expressément que la police informe avec transparence sur les délits. Dans les communiqués et pendant les conférences de presse, la nationalité, l'âge et le sexe des auteurs présumés de délits et des victimes devront être précisés. En cas de demande, il faudra aussi dire si l'auteur ou la victime sont issus de la migration.

Intérêt public

Il existe un véritable intérêt public à connaître la nationalité, souligne l'UDC dans un communiqué. Si l'initiative est acceptée, la ville de Zurich "devra corriger sa pratique de désinformation".

Depuis novembre 2017, la police de la ville de Zurich ne précise la nationalité des auteurs présumés de délits que sur demande. Le responsable de la police Richard Wolff a mis en pratique un postulat du PS et des Vert'libéraux adopté en 2015.

"Préciser la nationalité ne sert la transparence qu'en apparence", avait alors indiqué le département de la sécurité de la ville de Zurich. Ca laisse suggérer que l'origine du délinquant ou du criminel explique l'acte tout en cachant les causes exactes, qui sont notamment la pauvreté, un bas niveau d'éducation et la consommation de drogues.

Recommandation de la CCPCS

La décision de la ville de Zurich va à l'encontre de la tendance en Suisse. Toujours plus de polices cantonales précisent la nationalité des auteurs de délits. La Conférence des commandants des polices cantonales (CCPCS) a décidé de recommander de donner la nationalité après un long débat.

Dans le canton de Soleure, les citoyens ont accepté en 2012 une initiative de l'UDC exigeant que la police et la justice précisent la nationalité des délinquants dans leurs communiqués. Dans le canton de St-Gall, le parlement a accepté en 2010 une initiative similaire des Jeunes UDC et a ensuite approuvé une modification de la loi sur la police.

Dans le canton de Berne, le parlement a adopté en 2016 une motion exigeant que la nationalité des auteurs de délits soit précisée. Le gouvernement doit encore élaborer l'ordonnance d'application.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS