Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président du Conseil européen Donald Tusk en pleine conversation avec le président français François Hollande samedi à Bruxelles.

Keystone/EPA/OLIVIER HOSLET

(sda-ats)

Les dirigeants des 27 ont adopté "à l'unanimité" les grands principes de la négociation à venir avec le Royaume-Uni sur le Brexit, a annoncé samedi le président du Conseil européen Donald Tusk. Des directives détaillées devraient suivre la semaine prochaine.

"Orientations adoptées à l'unanimité. Le mandat ferme et équitable de l'UE à 27 pour les discussions sur le Brexit est prêt", a-t-il indiqué sur Twitter en plein sommet extraordinaire à Bruxelles.

Le premier sommet de l'Union européenne (UE) à 27 sans la Grande-Bretagne se tenait samedi, soit exactement un mois après la notification officielle du Brexit. La rencontre des 27 a été consacrée uniquement aux préparatifs des discussions à venir avec Londres.

Dès la semaine prochaine, la Commission européenne devrait publier sa proposition de "directives" de négociations, plus détaillées, qui se baseront sur ces orientations. Leur adoption par les 27 est prévue le 22 mai. En ordre de bataille, les Européens espèrent entamer les négociations après les élections générales britanniques du 8 juin, convoquées par Theresa May afin d'obtenir un soutien politique sans faille.

Facture salée

L'UE à 27 s'est donné trois problèmes-clés, indissociables, à résoudre dans l'accord de retrait. La priorité numéro une des Européens sera de garantir les droits de "des citoyens et de leurs familles qui seront affectés par le Brexit des deux côtés". A ce titre, la Commission a préparé une liste "précise et détaillée" des droits que l'UE veut protéger, a précisé M. Tusk.

Les deux parties devront aussi trouver un terrain d'entente sur le solde des comptes, sujet probablement le plus politiquement sensible. La facture s'annonce salée pour Londres: elle est estimée autour de 60 milliards d'euros.

Le troisième point concerne "la question irlandaise". Personne ne souhaite voir rétablie une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, ni remettre en cause les accords de paix chèrement acquis après 30 ans de "Troubles" et plus de 3000 morts.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS