Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'UE n'est plus leader, les dictatures durcissent leur position

Paris - L'Union européenne (UE) continue à perdre des places dans le classement mondial de la liberté de la presse et le groupe des pays les plus répressifs s'est élargi. La Suisse se maintient en tête depuis 2002. C'est ce que révèle l'édition 2010 du palmarès établi par Reporters sans Frontières (RSF).
Pour Jean-François Julliard, secrétaire général de l'organisation, "il convient de saluer, d'un côté, les moteurs de la liberté de la presse, Finlande, Islande, Norvège, Pays-Bas, Suède, Suisse en tête, et, de l'autre, rendre hommage à la détermination des militants des droits de l'homme, journalistes, blogueurs, qui de par le monde défendent avec vaillance le droit de dénoncer".
Sur les 27 pays membres de l'UE, treize se trouvent dans les vingt premiers. Quatorze pays sont sous la vingtième place et certains se retrouvent très bas dans le classement: Grèce et Bulgarie (70e ex aequo), Roumanie (52e), Italie (49e).
"Il est inquiétant de constater que plusieurs Etats membres de l'Union européenne continuent de perdre des places dans le classement. Il est urgent que les pays européens retrouvent leur statut d'exemplarité", a commenté M. Julliard.
"La France perd encore une place (44e derrière le Surinam), a noté RSF. Les Etats-Unis sont vingtième et la Russie à la 140e place derrière la Turquie et l'Ethiopie.
Quant aux dix pays "où il ne fait pas bon être journaliste", au "trio infernal, Erythrée, Corée du Nord, Turkménistan" s'ajoutent l'Iran, la Birmanie, la Syrie, le Soudan, la Chine, le Yémen et le Rwanda. Pour la première fois depuis la création du classement annuel en 2002, Cuba ne fait pas partie des dix derniers, mais occupe quand même la 166e place sur 178.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.