Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Avec sa proposition d'augmenter les rentes AVS, l'Union syndicale suisse (USS) veut retarder la réforme de la prévoyance vieillesse, critique l'Union patronale suisse (UPS). Le patronat a réclamé mardi une nouvelle fois une flexibilisation de l'âge de la retraite et une baisse à 6,4% du taux de conversion du 2e pilier.

L'USS a récemment annoncé son intention de lancer au printemps prochain une initiative populaire pour renforcer l'AVS. Deux modèles sont en discussion. L'un veut faire profiter les personnes à bas et moyen revenu de rentes mensuelles en hausse d'environ 200 francs. L'autre variante propose une augmentation de 10% pour toutes les rentes.

Or le résultat de répartition de l'AVS sera nettement négatif vers 2020, a prévenu devant les médias à Berne Wolfgang Martz, vice-président de l'UPS. De plus, la situation des personnes âgées est en général bonne, selon lui.

Ce n'est pas un hasard si les demandes de l'USS relatives au premier pilier arrivent alors que le débat sur les réformes de la prévoyance professionnelle est animé, a-t-il poursuivi. Et de dénoncer "une manoeuvre tactique qui risque de perturber le fonctionnement du système et ne contribue en rien à la recherche d'une solution globale".

L'AVS et la prévoyance professionnelle doivent être traitées comme un système coordonné, estime l'UPS. Le conseiller fédéral Alain Berset a annoncé en mars son intention de lier les travaux de réforme du 1er et du 2e pilier.

Une économie de 800 millions

Le patronat estime que faire passer l'âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans équivaudrait à une économie de 800 millions de francs par année pour l'AVS. En outre, il faut encourager par diverses incitations le travail des seniors au-delà de l'âge réglementaire de la retraite. Quant au taux minimal de conversion du 2e pilier, il doit passer de 6,8% à 6,4% d'ici 2015, comme le préconise le Conseil fédéral.

Alors que les négociations salariales pour l'an prochain ont débuté, le patronat refuse des hausses "rigides et uniformes" de salaires, a répété le président de l'USP Valentin Vogt. Les syndicats ont présenté des demandes d'augmentation allant de 1 à 2,5%, mais il faut être prudent en raison des incertitudes économiques persistantes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS