Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les bureaux de l'ONU au camp de réfugiés de Balata, près de Naplouse (archives)

KEYSTONE/EPA/ALAA BADARNEH

(sda-ats)

Pierre Krähenbühl, commissaire général de l'agence de l'ONU qui vient en aide aux Palestiniens (UNRWA), lance à la communauté internationale un appel aux dons. Il intervient après l'annonce par les Etats-Unis qu'ils ne verseront que la moitié de leur contribution.

Le Suisse a déclaré qu'outre cet appel aux dons il allait entamer une campagne internationale de levée de fonds destinée à maintenir ouvertes en 2018 et au-delà les écoles et les cliniques pour réfugiés que gère l'organisation onusienne.

Selon lui, 525'000 enfants fréquentant les 700 écoles de l'UNRWA risquent d'être affectés par la baisse des versements américains, tout comme l'accès des Palestiniens aux soins de santé de base.

Les Etats-Unis ont déclaré mardi qu'ils verseraient 60 millions de dollars à l'UNRWA et gelaient les 65 millions de dollars restants pour le moment. Les Palestiniens, que la récente annonce de la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël ont déjà indigné, ont dénoncé la décision de Washington.

Elle risque d'accentuer les difficultés dans la bande de Gaza, où l'organisation vient en aide à une bonne partie des deux millions d'habitants. Washington avait prévenu le mois dernier que le vote à une écrasante majorité de l'Assemblée générale de l'ONU condamnant la décision de Trump sur Jérusalem ne resterait pas sans lendemain.

"La diminution de la contribution (américaine) a aussi un impact sur la sécurité régionale, au moment où le Moyen-Orient est confronté à des menaces diverses, notamment celle d'une poursuite de la radicalisation", a déclaré mercredi Pierre Krähenbühl.

Pour Hanan Achraoui, haute responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), la Maison Blanche "s'en prend au segment le plus vulnérable du peuple palestinien".

La Ligue arabe a, elle, déclaré que le gel partiel des fonds américains "vise à liquider la question de (ces) réfugiés". "Cette décision touche l'éducation et la santé des Palestiniens", a ajouté son secrétaire général Aboul Gheit lors d'une conférence au Caire organisée par Al Azhar, la grande institution de l'islam sunnite.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS