Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le sucre suisse serait plus écologique que celui importé de l'UE selon une étude citée par l'USP.

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

La suppression des quotas européens met la filière suisse du sucre sous pression. La branche réclame des mesures politiques rapides pour maintenir la culture de betterave sucrière en Suisse. A terme, toute la filière de production nationale est en danger, selon elle.

La filière suisse du sucre est menacée par les quantités excédentaires de sucre européen qui inondent le marché suisse à des prix très bas. Tel est le constat de l’Union suisse des paysans, de Sucre Suisse SA et de la Fédération suisse des betteraviers qui ont uni leur voix vendredi à Berne pour alerter les autorités.

Cette situation problématique est due à une modification unilatérale de l’organisation du marché du sucre, indique le communiqué de l'USP. D'un côté, l'Union européenne a supprimé les quotas et les restrictions sur les exportations de sucre. D'autre part, elle a maintenu des droits de douane élevés sur ses importations.

Chute des prix

"Nous ne nous battons plus à armes égales et l’économie sucrière suisse est soumise à une pression massive autant au niveau des prix que de l’importation", résume le président de l'Union suisse des paysans, Markus Ritter. Les prix avaient déjà fortement baissé avant la suppression des quotas, relève le communiqué. Mais depuis octobre 2017 ils se sont littéralement effondrés.

Les prix de vente du sucre ont chuté de 50%, selon Guido Stäger, directeur de Sucre Suisse SA qui exploite les deux raffineries sucrières d'Aarberg (BE) et Frauenfeld et emploie 240 collaborateurs. Les surfaces de culture consacrées à la betterave sucrière en Suisse ont déjà commencé à s'éroder et à terme la production nationale est menacée, alerte la branche.

Débat au National

En novembre 2016, une commission du National a donné suite à une initiative parlementaire de Jacques Bourgeois (PLR/FR) visant l'adaptation des droits de douanes. Elle demande une adaptation du système de protection douanière pour garantir un prix plancher du sucre en Suisse, afin de maintenir l'économie sucrière helvétique.

"La garantie d’un prix plancher national du sucre, demandée dans l’initiative parlementaire, est totalement compatible avec les règlements de l’OMC et les accords bilatéraux", a souligné M. Bourgeois. L’USP, les betteraviers et l’industrie de transformation espèrent que le Parlement va s’engager en faveur de la production suisse de sucre, en soutenant cette initiative lors de la session de printemps qui débute lundi.

Le sucre suisse a une charge environnementale inférieure d’environ 30% par rapport aux importations de l’UE, rappelle le communiqué de l'USP citant une étude indépendante (www.nachhaltigkeit.zucker.ch).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS