Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé sans surprise jeudi de baisser son principal taux directeur à 1% et d'élargir son aide aux banques de la zone euro. Elle a toutefois campé sur son refus de porter secours aux Etats.

"Pour l'instant, la BCE fait tout pour être le prêteur en dernier ressort des banques mais pas des gouvernements", a commenté un économiste chez ING.

Le conseil des gouverneurs de l'institution monétaire de Francfort, inquiète de la défiance des marchés à l'égard des établissements bancaires européens, a décidé de deux opérations de prêts sur 36 mois pour leur éviter une pénurie de liquidités. Jusqu'ici, la BCE pratiquait de tels prêts, à volume illimité et à taux fixe, sur des durées allant du jour le jour jusqu'à un an.

Etats écartés

La BCE va en outre élargir le spectre des garanties ("collatéraux") exigées en échange de ses prêts, afin de permettre aux banques les plus en difficulté d'accéder à ses financements.

Son président Mario Draghi a en revanche refroidi les attentes d'une intervention massive en faveur des Etats. Il a préféré appeler les dirigeants européens à "faire le maximum" pour retrouver la confiance des investisseurs.

Il a une nouvelle fois appelé de ses voeux un nouveau "pacte budgétaire" en zone euro, pour enrayer les déficits, et réclamé sa mise en place rapide, une manière de s'opposer à des procédures trop longues de ratification en cas de modification des traités européens.

Fonds de stabilisation

M. Draghi a exclu que la BCE apporte un soutien plus marqué aux Etats, notamment au travers de rachats plus importants de dette publique, dont il a encore dit qu'ils étaient "limités" et "temporaires".

"Les traités interdisent un financement monétaire des Etats", a-t-il dit, estimant que pour porter aide aux pays en détresse, sa "préférence allait au FESF et au MES", soit le mécanisme de soutien déjà mis en place et celui qui doit le relayer.

ATS