Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a démarré sur une note négative la semaine raccourcie après la pause pascale (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé nettement dans le rouge la première séance après la pause pascale. L'indice vedette SMI a clôturé mardi sur un recul de 1,16% à 8529,28 points.

Le SLI a abandonné 1,18% à 1358,52 points et l'indice élargi SPI 1,07% à 9602,33 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 29 ont reculé et La Bâloise a fini inchangé.

Wall Street hésitait sur la direction à prendre en début de séance, à la suite d'une double salve d'indicateurs économiques et de résultats d'entreprises, et les incertitudes politiques en Europe reprenant de la vigueur.

Vague d'incertitudes

"L'appel inattendu à des élections anticipées au Royaume-Uni est venu s'ajouter à des incertitudes géopolitiques et politiques déjà exacerbées", ont écrit les courtiers de Charles Schwab dans une note. "Cela en rajoute à l'intrigue politique et économique qui entoure l'Union européenne avant le premier tour de l'élection présidentielle française dimanche", a commenté Patrick O'Hare de Briefing dans une note.

Des indicateurs du jour en demi-teinte n'ont guère été d'un grand secours: les mises en chantier de logements ont reculé plus fortement que prévu en mars tandis que la production industrielle a augmenté un peu plus rapidement que ce à quoi s'attendaient les analystes au même mois.

Le Fonds monétaire international (FMI) s'est de son côté montré plus optimiste pour la croissance mondiale, mais a laissé inchangées ses prévisions d'accélération aux Etats-Unis. Les investisseurs avaient fort à faire pour décrypter une rafale de résultats d'entreprises parmi lesquels ceux, inférieurs aux attentes, de la banque Goldman Sachs et ceux de Bank of America, meilleurs que prévu.

Credit Suisse en repli

Credit Suisse (-1,7%) est l'un des gros perdants du jour. Après que la banque a annoncé Vendredi Saint que la direction renonçait à une partie de sa rémunération variable, l'institut a actualisé son rapport sur les rémunérations. Il n'est cependant pas encore sûr que celui-ci sera accepté lors de la prochaine assemblée générale.

UBS (-1,6%) a à peine fait mieux, alors que Julius Baer (-3,3% ou -1,64 franc) a fini lanterne rouge, traité hors dividende de 1,20 franc.

Avant les résultats trimestriels jeudi, ABB a perdu 1,1%. Le conglomérat industriel zurichois a essuyé la fronde d'une part inhabituellement importante de son actionnariat la semaine dernière, en matière de rémunération de sa direction ou encore de décharge pour le conseil d'administration.

Roche (-1,5%) a obtenu pour son anticancéreux Tecentriq une homologation restreinte mais en première ligne aux Etats-Unis. Novartis (-1,4%) a publié des nouvelles de son incubateur de produits. Le troisième poids lourd, Nestlé (-0,7%) a limité la casse.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS