Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après avoir ouvert en hausse lundi, la Bourse suisse a chuté durant la journée pour finalement clôturer nettement dans le rouge. L'indice des valeurs vedettes SMI a reculé de 0,98% à 8686,17 points.

Après avoir ouvert en hausse dans le sillage d'indications préalables positives en provenance de Wall Street, l'indice a rapidement vu ses gains s'effriter pour les voir s'évanouir presque totalement sur le coup de midi. Par la suite, l'ouverture plus faible à Wall Street a tiré la cote vers le bas.

Dans l'attente de la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur ses taux, jeudi, les acteurs sont très nerveux a commenté un courtier. Pour le moment, il est impossible de déterminer si la Fed va augmenter son taux directeur pour la première fois depuis près d'une décade. Le potentiel de surprise est énorme et pourrait entraîner de nouvelles turbulences boursières.

Dans cet environnement, la plupart des investisseurs ont choisi de rester sur la touche. Les données sur la production industrielle en juillet en zone euro ont eu un effet positif pour la confiance et ont effacé les informations économiques négatives en provenance de Chine, en partie du moins.

Le SMI a terminé en recul de 0,98% à 8686,17 points. Le SLI a cédé 0,98% aussi à 1286,69 points et le SPI 0,91% à 88598,546 points. Sur les trente blue chips, tous ont fini dans le rouge à part Transocean et Clariant.

Bancaires en recul

Le front des nouvelles d'entreprises sera calme cette semaine. La cyclique Sonova (-2,0%) a le plus reculé, précédant Givaudan (-1,7%) et Lonza (-1,6%). Aux bancaires, UBS a perdu 1,9% et CS 1,6%. La semaine passée, ces deux titres avaient surperformé le marché. Julius Baer (-0,6%) a mieux résisté, profitant probablement d'une recommandation d'achat par UBS.

Le nouveau CEO du Credit Suisse, Tidjane Thiam, prévoit une profonde transformation du groupe, a rapporté la presse dominicale, avec l'abandon du Private Banking aux Etats-Unis et une réduction massive de la banque d'investissement. Les craintes d'augmentation de capital constituent un poids supplémentaire pour le cours du titre.

Les autres perdants de plus sont Adecco (-1,4%) ainsi que SGS et LafargeHolcim, qui ont toutes deux cédé plus de 1%. Les poids lourds pharma Novartis (-1,4%) et Roche (-1,1%) ont pesé sur l'indice, alors que Nestlé (-0,4%) a mieux résisté.

Sans information spécifique, Transocean a gagné 3,2%. Le titre avait déjà fortement progressé la semaine passée, mais, depuis le début de l'année, il continue d'afficher une des pires performance.

Swiss Re (-0,2%) a retenu l'attention alors que se déroulaient à Monaco les traditionnels "Rendez-vous de Monte Carlo" de la branche de la réassurance. Swiss Re en a profité pour expliquer que le secteur ne prévoit pas de nouvelle baisse des primes de réassurances dans un environnement de taux bas persistant. Zurich a reculé de 0,4%.

Sur le marché élargi, Burkhalter a gagné 1,7% après des chiffres semestriels juste conformes aux attentes.

ATS