Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le SMI a fini en baisse de 0,77% à 9464,05 points (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé sur une note nettement négative mardi. L'indice vedette Swiss Market Index (SMI) a été plombé par le fort recul de Roche et il est repassé sous la barre des 9500 points, terminant à son plus bas du jour.

La forte progression de Wall Street en début de séance n'a pas suffi à redresser la barre. A New York, les indices progressaient nettement après un week-end prolongé. Les résultats trimestriels d'entreprises propulsaient le Dow Jones au-dessus des 26'000 points pour la première fois depuis sa création.

"Les investisseurs disposent d'un déluge de résultats d'entreprises", ont commenté les analystes de Wells Fargo. Après JPMorgan Chase notamment vendredi, "la semaine écourtée devrait voir les résultats des sociétés dominer le calendrier", ont estimé les analystes de Schwab.

Sur le front économique, l'activité industrielle dans la région de New York a légèrement ralenti en janvier, tout en continuant de progresser à "un rythme solide". L'indice a perdu 0,3 point à 17,7 points. L'inflation en Allemagne a été confirmée à 1,7% en décembre sur un an, décélérant légèrement par rapport à novembre, selon des chiffres définitifs.

Au Royaume-Uni, le renchérissement a légèrement ralenti à 3% en décembre sur un an et conformément aux attentes des analystes. En novembre, l'inflation avait atteint 3,1%.

Sur sol helvétique, le SMI a fini en baisse de 0,77% à 9464,05 points. Le SLI a cédé 0,50% à 1551,47 points et le SPI 0,64% à 10'878,33 points. Sur les trente valeurs vedettes, 18 ont reculé et douze ont avancé.

Novartis en légère hausse

Lanterne rouge, Roche (-3,4%) a pesé de tout son poids sur le SMI. Le patron Severin Schwan demeure persuadé de la capacité du groupe à compenser à moyen terme le manque à gagner attendu de l'arrivée de biosimilaires, grâce au lancement de nouveaux produits.

Le développement de ces nouveaux moteurs de ventes nécessite toutefois des investissements élevés. Et la rentabilité sera dans l'immédiat "très différente" de celle affichée jusqu'ici, a averti Severin Schwan.

Les deux autres poids lourds Novartis (+0,02%) et Nestlé (-0,3%) n'ont été d'aucun secours pour l'indice. L'Agence sanitaire américaine (FDA) a accordé à Sandoz, filiale spécialisée dans les médicaments de seconde génération de Novartis, un examen du biosimilaire expérimental de l'adalimumab.

Citigroup a relevé l'objectif de cours de Nestlé et a confirmé "buy". L'analyste juge notamment que les mesures d'économies vont porter leurs fruits au cours des prochaines années.

A part Roche, on trouve notamment Geberit (-1%) parmi les perdants. Sika (-0,9%) a annoncé une prise d'une participation majoritaire dans l'italien Index Construction Systems and Products. Geberit publiera ses chiffres d'affaires jeudi.

Banques en repli

Sur le plan bancaire, Credit Suisse et UBS ont perdu respectivement 0,8% et 0,6%. Julius Baer a cédé 0,7%. Les analystes de Barclays ont repris la couverture des titres des deux grandes banques à "underweight".

Alors que se déroule à Genève le salon horloger SIHH, les valeurs du luxe Swatch et Richemont ont cédé respectivement 0,9% et 0,4%. JPMorgan a relevé l'objectif de cours de Swatch et a confirmé "neutral". L'analyste table sur de bons résultats au deuxième semestre, soutenus par l'évolution des exportations horlogères.

Berenberg a relevé l'objectif de cours de Richemont et a confirmé "hold". L'analyste a notamment pris en compte les attentes légèrement plus élevées au niveau du chiffre d'affaires et l'influence des cours de change plus favorables.

Aux assurances, Zurich (+0,03%) a été longtemps en tête des gagnants, profitant d'analyses financières positives. RBC a relevé sa recommandation et l'objectif de cours et UBS l'objectif de cours. L'analyste canadien, qui a aussi augmenté l'objectif de cours de Swiss Re (-0,02%), estime notamment que l'action Zurich devrait connaître une évolution de cours plus dynamique que la moyenne du marché.

UBS a relevé l'objectif de cours de Bâloise (+0,3%) et a confirmé "buy". Le retournement de tendance en Allemagne et le programme de rachat d'actions devraient soutenir le cours a notamment commenté l'analyste.

Le plus gros gagnant du jour est Lonza (+1,1%), devant ABB (+0,6%) et SGS (+0,5%).

Sur le marché élargi, Lindt & Sprüngli (nominative -2,4%, bon de participation -3,3%) a chuté après une première salve de résultats annuels. Le chocolatier a enregistré en 2017 un chiffre d'affaires en hausse de 4,8% à 4,088 milliards de francs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS