Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La fébrilité est restée de mise mercredi sur les marchés (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

La Bourse suisse est repartie à la baisse mercredi. L'indice vedette SMI a clôturé sur un recul de 0,72% par rapport à la veille, à 8783,70 points.

Le Swiss Leader Index (SLI) a abandonné 0,72% à 1447,24 points et l'indice élargi SPI 0,62% à 10'248,67 points. Sur les 30 valeurs vedettes, seules cinq se sont maintenues à flot. La fébrilité est restée de mise face aux menaces de guerre commerciale et avant l'issue, en soirée, de la réunion de deux jours du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Après les clôtures en Europe, la Fed devrait annoncer une sixième hausse des taux dans le cadre du processus de normalisation de sa politique monétaire, à en croire les économistes.

Sika (+0,9%) a remporté l'étape du jour, devant Partners Group (+0,6%), Geberit et Richemont (+0,4% chacun) ainsi que Givaudan (+0,3%). Au lendemain des chiffres de Partners Group, JPMorgan a relevé l'objectif de cours. L'analyste a notamment qualifié les résultats de "solides" et il estime que la dynamique de croissance devrait se maintenir sur le marché de la clientèle privée.

SGS lanterne rouge

Royal Bank of Canada a relevé l'objectif de cours de Richemont. Swatch Group a cédé 0,3%. Le luxe va retenir l'attention ces prochains jours avec l'ouverture jeudi du salon Baselworld. Les poids lourds pharmaceutiques Novartis et Roche (-0,1% chacun) ont tenté d'offrir quelque résistance.

Nestlé en revanche s'est affaissé de 1,5%. Le pacte d'actionnaires vieux de 44 ans qui liait la famille Bettencourt Meyers, héritière du géant mondial des cosmétiques L'Oréal, au géant de l'alimentation, arrive à échéance ce mercredi, ce qui laisse désormais le groupe veveysan libre d'agir comme bon lui semble avec sa participation de 23,17% dans L'Oréal.

SGS (-3,1% ou -75 francs), traité hors dividende, a repris la lanterne rouge à Credit Suisse (-3%). UBS (-1,7%) a passablement souffert également, tout comme Julius Baer (-1,2%). Le secteur bancaire semblait pâtir de l'accès de pessimisme affiché par Deutsche Bank pour sa banque d'affaires.

Swisscom sous pression

Vontobel a réduit l'objectif de cours de Dufry (-1,9%). L'analyste pense notamment que la forte croissance va se maintenir et que l'amélioration des marges est en route. Il déplore le manque de clarté de la politique de dividende.

Kepler Cheuvreux a abaissé la recommandation pour Kühne+Nagel (-0,8%) et a aussi réduit l'objectif de cours. Le courtier a fait de même pour Panalpina (-1,2%). L'analyste a notamment mis en avant le fait que les activités fusion-acquisition devraient être réduites ces prochains temps dans la branche.

Swisscom (-1,5%) est resté sous pression au lendemain de l'arrivée de Salt sur le marché de la téléphonie fixe et des offres combinées via la fibre optique, malgré une contre-offensive menée par le biais sa marque à bas coûts Wingo. Sur le marché élargi, Sunrise a lâché de 2,3%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS