Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a clôturé en baisse lundi. L'indice des valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI), a perdu 1,47% à 8381,22 points. Les pertes des places américaines ont semblé freiner l'ardeur des investisseurs.

Le SLI a chuté de 1,64% à 1226,20 points. Le SPI a perdu 1,42% à 8557,95 points. A l'exception de Roche, tous les blue chips ont terminé dans le rouge.

La conjoncture mondiale donne des cheveux blancs aux investisseurs, affirment les analystes. La seule bonne nouvelle est arrivée en provenance des Etats-Unis, où la consommation des ménages s'est renforcée plus fortement que prévu.

Les experts tempèrent toutefois. Ils constatent que l'inflation dans le pays de l'Oncle Sam est restée à un niveau très bas. De plus, les promesses de ventes de logements ont reculé de manière surprenante dans le pays.

Transocean grand perdant

En Suisse, Roche faisait figure de bouée de sauvetage. La firme pharmaceutique épargnait au SMI des pertes plus lourdes, à l'instar de celles enregistrées par le CAC 40 français (-2,8%, le Dax allemand (-2,12%) ou encore le Footsie londonien (-2,46%).

Du côté des autres poids lourds de la Bourse helvétique, Novartis (-2,8%) a sombré. Nestlé (-0,7%) a, quant à lui, limité les dégâts.

Parmi les plus gros perdants, figurent Transocean (-4,2%) et Credit Suisse (-3,9%). LafageHolcim (-3,7%) et Actelion (-3,3%) ont également bu une sérieuse tasse.

Les autres établissements bancaires, Julius Baer (-2,5%) et UBS (-2%), ont visiblement pâti de l'ouverture d'une enquête par la Commission fédérale de la concurrence (COMCO). Cette dernière vise sept banques, dont les deux zurichoises. Elle examinera si des "accords illicites" ont été conclus dans le négoce de métaux précieux.

Swisscom au-dessus de la moyenne

Aryzta (-1,6%) a terminé presqu'à son niveau d'indice de référence. Le boulanger industriel a capté l'attention avec la publication des chiffres de l'exercice décalé 2014/15. Les analystes ont tout particulièrement scruté les prévisions du groupe zurichois. Alors que certains observateurs ont clairement affiché leurs déceptions, d'autres se sont montrés séduits par l'objectif de flux de trésorerie.

Swisscom (-1,1%) a fait mieux que la moyenne, sans toutefois se hisser en zone bénéficiaire. Les analystes de J. Safra Sarasin ont relevé la recommandation du géant des télécommunications à "buy" de "neutral", impressionnés par le développement des affaires au premier semestre 2015.

ATS